Accéder au contenu principal

Attentat de Magnanville : six personnes interpellées, dont une policière et sa fille "radicalisée"

Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été froidement assassinés lundi 12 juin à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines.
Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été froidement assassinés lundi 12 juin à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines. Police nationale, AFP

Six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lundi dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'un couple de policiers en 2016 à Magnanville (Yvelines). Parmi elles, se trouvent une policière et sa fille présentée comme radicalisée.

Publicité

L'enquête sur le double meurtre jihadiste d'un policier et de sa compagne à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines, en juin 2016 a connu un nouveau rebondissement lundi 9 avril avec l'arrestation de six personnes, dont une policière et sa fille présentée comme radicalisée.

Selon des sources proches de l'enquête, une fonctionnaire de police, ancienne déléguée départementale du syndicat Alliance, et sa fille, figurent parmi ces six personnes.

L'assassinat de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider avait été revendiqué par le groupe État islamique.

La sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire a procédé à ces interpellations dans les Yvelines, sur commission rogatoire du juge d'instruction chargé de l'information judiciaire ouverte à la suite de ces assassinats.

"Les investigations visent à préciser le rôle (que les personnes arrêtées) ont respectivement pu jouer dans la commission des faits", ajoute-t-on de même source.

La fonctionnaire de police interpellée avait été l'objet en 2016 d'investigations de l'Inspection générale des services (IGS), la police de la police, pour avoir hébergé, à la demande de sa fille, une jeune femme fichée "S" pour radicalisation islamiste, mise à la porte du domicile parental, selon des sources proches de l'enquête.

L'IGS n'avait finalement rien trouvé à lui reprocher, mais elle avait tout de même renoncé à sa fonction syndicale.

"Notre collègue avait d'elle-même souhaité démissionner de son mandat parce qu'elle ne voulait pas porter atteinte à l'image de notre organisation", a expliqué à Reuters Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d'Alliance.

Trois mises en examen à ce jour

Il s'est dit surpris par la garde à vue de cette policière, qui avait assuré, selon lui, à l'époque ne pas avoir su que la jeune femme hébergée chez elle était fichée "S" et n'avoir aucun lien avec les milieux islamistes.

Trois hommes ont été mis en examen à ce jour dans l'affaire du double assassinat de Magnanville, dont deux pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, Charaf-Din Aberouz et Saad Rajraji.

Le troisième, Mohamed Lamine Aberouz, est le frère du premier. Il a été mis en examen en décembre 2017 pour complicité d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste, participation à une association de malfaiteurs terroriste et complicité de séquestration d'un mineur de moins de 15 ans.

L'enfant de trois ans de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider avait été retrouvé indemne à l'issue de l'assaut du Raid lors duquel Larossi Abballa a été abattu.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.