Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Moyen-Orient

Attaque chimique présumée en Syrie : Moscou exige une enquête de l'ONU

© Kirill Kudryavtsev, AFP | Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, à Moscou le 10 avril 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2018

Comme les États-Unis, la Russie va déposer mardi devant le Conseil de sécurité de l’ONU une résolution exigeant une enquête sur une attaque présumée chimique dans la Ghouta orientale, en Syrie. L’Occident accuse Damas d'en être responsable.

Principal allié du régime de Bachar al-Assad, la Russie va déposer à l'ONU, mardi 10 avril, un projet de résolution concurrent de celui des États-Unis pour exiger "une enquête" après l'attaque chimique présumée contre les rebelles syriens à Douma, dans la Ghouta orientale. Cette enquête impliquerait idéalement "les experts indépendants de l'OIAC" (l'Organisation internationale sur les armes chimiques), a souhaité le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Pour que ces enquêteurs de l'OIAC "remplissent leurs obligations", ils devront "nécessairement se rendre sur place", a-t-il poursuivi, estimant que les forces russes et le régime syrien sont en mesure de garantir leur sécurité sur place.

"Nous ne pouvons plus donner foi aux résultats des enquêtes qui se font à distance", a-t-il ajouté en évoquant l'attaque au gaz sarin contre la localité syrienne de Khan Cheikhoun (plus de 80 morts), attribuée au régime syrien par Washington et l'ONU.

Les États-Unis doivent déjà déposer mardi un projet de résolution instituant un mécanisme d'enquête international sur le recours à des armes chimiques en Syrie, mais il comprend des "éléments inacceptables" pour la Russie, selon l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassili Nebenzia.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a renchéri mardi, estimant que "la gravité des récentes allégations nécessite une enquête approfondie utilisant une expertise impartiale, indépendante et professionnelle".

Avec AFP

Première publication : 10/04/2018

  • SYRIE

    Paris et Washington accentuent la pression sur Damas après l'attaque à Douma

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attaque chimique en Syrie : les États-Unis promettent de répondre "avec force"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : indignation internationale après l'attaque chimique présumée de Douma

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)