Accéder au contenu principal

Chine : Xi Jinping annonce une nouvelle phase d'ouverture économique

Le président chinois Xi Jinping lors d'un discours à Pékin, le 25 octobre 2017.
Le président chinois Xi Jinping lors d'un discours à Pékin, le 25 octobre 2017. Wang Zhao, AFP

Le président chinois, Xi Jinping, a promis, mardi, d'ouvrir davantage l'économie de son pays et d'abaisser dès cette année les droits de douane sur certains produits, prenant le contre-pied des mesures protectionnistes annoncées par Donald Trump.

PUBLICITÉ

Menacé d'une guerre commerciale par son "ami" Donald Trump, le président chinois Xi Jinping a promis, mardi 10 avril, plus d’ouverture économique. Le chef d’État a annoncé avoir décidé de poursuivre les réformes financières et d'ouvrir l'économie chinoise aux investissements étrangers.

"La Chine va entrer dans une nouvelle phase d'ouverture", a-t-il déclaré lors d'un discours très attendu, prononcé devant de hauts responsables internationaux au Forum de Boao pour l'Asie, une conférence surnommée le "Davos chinois".

Il a évoqué en particulier le secteur de l'assurance mais surtout celui de l'automobile, promettant d'abaisser "considérablement" dès cette année les droits de douane sur les véhicules étrangers et "d'autres produits". Autre promesse : un assouplissement des restrictions à la présence de capitaux étrangers dans les entreprises chinoises actives dans les industries automobile, navale et aéronautique, mais aucun calendrier n’a été donné. Ces mesures étaient espérées de longue date par les constructeurs étrangers.

Pékin "ne menacera personne"

Xi Jinping a également estimé que la mondialisation économique était une tendance "irréversible" mais qu'elle se devait d'être "inclusive". Il a défendu la place de son pays dans le commerce mondial en assurant que Pékin "ne menacera personne", notamment dans le cadre de son ambitieux projet de nouvelle Route de la soie, et "ne remettra pas en cause l'ordre établi" comme peut le craindre Washington.

"La Chine ne cherche pas à dégager un excédent commercial", a-t-il assuré, alors que l'énorme déficit des États-Unis vis-à-vis de la Chine – 375 milliards de dollars en 2017 – est l'un des principaux griefs du président américain à l'encontre de Pékin. Donald Trump, de son côté, menace d'imposer des droits de douane sur 150 milliards de dollars d'importations chinoises.

Ce discours rassurant pour les investisseurs, après une semaine de surenchère entre Washington et Pékin, a été salué par les marchés financiers en Asie, où l'indice le plus large des valeurs d'Asie-Pacifique a effacé ses pertes initiales pour gagner près de 0,8 %.

À la Bourse de Tokyo, où le Nikkei progressait de 1,08 % à la mi-séance, l'indice des équipements de transport signait la troisième plus forte hausse sectorielle (+1,5 %), porté par Toyota (+1,9 %) et Nissan (+2,1 %).

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.