Accéder au contenu principal

Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, annonce sa retraite politique

Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, annonce, le 11 avril 2018, qu'il prendra sa retraite politique en janvier.
Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, annonce, le 11 avril 2018, qu'il prendra sa retraite politique en janvier. Mark Wilson, Getty, AFP

Paul Ryan, le président de la Chambre des représentants américaine, a déclaré mercredi qu'il ne sera pas candidat aux élections parlementaires de mi-mandat en novembre prochain.

PUBLICITÉ

Lors d'une conférence de presse mercredi 11 avril, le président de la Chambre des représentants américaine, Paul Ryan, a annoncé qu'il prendra sa retraite politique en janvier, lorsque son mandat arrivera à échéance. Il ne se représentera pas aux élections parlementaires de novembre.

Paul Ryan, 48 ans, est le président de la Chambre des représentants depuis octobre 2015. Ce qui fait de lui le leader de la majorité républicaine au Congrès. "Après plus de 20 ans à la Chambre, le président est fier de ce qui a été accompli et il souhaite consacrer plus de son temps" à sa famille, a annoncé son conseiller.

Relations en dents de scie avec Donald Trump

Il avait succédé à John Boehner avec réticence et n'avait jamais pleinement adhéré à la vision politique du président Donald Trump. Il entretenait avec le Président américain des relations en dents de scie.

Pendant la campagne électorale, il avait qualifié certains de ses propos de "racistes". Cependant, l’annonce par Donald Trump de l’abrogation de la réforme de l’assurance maladie de Barack Obama ainsi que les fortes baisses d'impôts adoptées en décembre 2017 par le Congrès avaient réconcilié le Républicain ultralibéral avec le président.

"Il laissera un héritage politique que personne ne peut discuter. Nous sommes avec toi Paul", a réagi le président américain.

Le départ de Paul Ryan, élu de l'État du Wisconsin, lance une course à sa succession alors que le parti républicain affrontera en novembre de très délicates élections législatives de mi-mandat.

Il s'ajoute aux nombreuses démissions de membres de l'administration de Donald Trump et aux convulsions politiques qui ont marqué la première année du mandat présidentiel.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.