Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Culture

Deux squelettes de dinosaures en vente aux enchères à Paris

© Stéphane de Sakutin, AFP | Les squelettes des deux dinosaures avant leur vente aux enchères à Drouot.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/04/2018

Deux squelettes fossilisés de dinosaures sont mis aux enchères, mercredi, par Drouot, la célèbre salle des ventes parisienne. Il s'agit d'un diplodocus de 12 mètres de long et un allosaurus de 3,80 mètres. En juin, un théropode sera proposé.

C’est une vente un peu particulière qu'annonce mercredi 11 avril la maison Drouot, à Paris. Deux dinosaures, un allosaurus et un diplodocus, seront proposés aux enchères, ainsi qu'un théropode en juin. Ce genre d’événement est rare. Il n’y a pas plus de cinq ventes par an dans le monde.

Si vous avez un grand salon et un portefeuille bien garni, vous pouvez vous offrir ces monstres du passé pour un prix estimé entre 550 000 et 650 000 euros pour l’allosaurus, 450 000 et 500 000 euros pour le diplodocus et 1,2 à 1,5 million d’euros pour le théropode.

Alors qu’autrefois ces dinosaures se retrouvaient dans des musées, ils font aujourd’hui le bonheur de collectionneurs friands de ces morceaux de l'Histoire ou de fans de films comme "Jurassic Park". "Le marché des fossiles n'est plus réservé aux scientifiques, les dinosaures sont devenus cools, branchés, de véritables objets de décoration, comme les tableaux", explique Iacopo Briano, expert pour la maison de vente Binoche et Giquello. "Dernièrement, on a vendu une très belle pièce à une famille vénitienne, ils avaient une grande pièce magnifique dans laquelle le dinosaure était parfaitement à l'aise."

Chez les célébrités, les dinosaures ont aussi la cote. En 2007, l’acteur américain Nicolas Cage avait ainsi acheté un crâne de Tyrannosaurus bataar, originaire du désert de Gobi pour 276 000 dollars. Il avait dû le rendre quelques années plus tard, car il était sorti illégalement de Mongolie. De plus, "depuis deux ou trois ans ans, les Chinois s'intéressent à la paléontologie et cherchent, pour leurs musées ou même pour des particuliers, de grands spécimens à associer aux dinosaures trouvés sur leur sol", précise Iacopo Briano.

Du mécénat pour les entreprises

Mais les dinosaures achetés aux enchères ne finissent pas toujours dans les salons de collectionneurs. Comme l’explique Les Échos, de nombreuses entreprises jouent le rôle de mécènes et permettent à des musées de montrer ces fossiles. "Une entreprise du CAC 40 s’était offert un allosaure et l'avait exposé à l’université scientifique de Bâle en Suisse", décrit le journal économique. "Même scénario pour l'ophthalmosaurus, un reptile marin du Jurassique vendu chez Christie's en 2008. Acheté 181 000 euros par une autre entreprise du CAC 40, il avait été prêté au Musée océanographique de Monaco puis au Paléospace de Villers-sur-Mer [en Normandie]."

En 1997, McDonald's et Walt Disney s’étaient aussi associées au musée de Chicago pour acheter pour 8,36 millions de dollars Sue, le squelette de Tyrannosaurus rex le plus complet et le mieux conservé jamais mis au jour.

Même si certaines de ces ventes se concluent par un acte de mécénat, les spécialistes regrettent la spéculation autour de ces dinosaures. "Ce sont des prix totalement aberrants", dénonce Ronan Allain, paléontologue du Muséum d'Histoire naturelle. "C'est le monde du luxe, c'est pas fait pour des gens comme nous. [...] On pourrait décider de faire préemption, mais à l'arrivée pour le théropode, par exemple, ça voudrait dire qu'il faut qu'on débourse plus d'un million d'euros !", regrette le chercheur.

Avec AFP

Première publication : 11/04/2018

  • ARTS

    Un Christ de Léonard de Vinci vendu 450,3 millions de dollars, un record

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Une peinture de Léonard de Vinci mise aux enchères pour 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • FRANCE

    Vente aux enchères record pour le revolver avec lequel Verlaine tenta de tuer Rimbaud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)