Accéder au contenu principal

Frappes contre la Syrie : "Tiens-toi prête, Russie, les missiles arrivent", tweete Donald Trump

Donald Trump a défié la Russie dans un tweet, mercredi, en lui conseillant de "se tenir prête".
Donald Trump a défié la Russie dans un tweet, mercredi, en lui conseillant de "se tenir prête". AFP (archive)

Alors que les Occidentaux font planer la menace de frappes militaires sur la Syrie, Donald Trump a défié la Russie dans un tweet, mercredi, en lui conseillant de "se tenir prête".

Publicité

"Tiens-toi prête, Russie, les missiles arrivent", a tweeté, mercredi 11 avril, le président des États-Unis, Donald Trump, alors que les Occidentaux font planer la menace de frappes militaires sur la Syrie, à la suite de l'attaque chimique présumée dans la ville insurgée de Douma.

 
Les Russes ne doivent pas "être les partenaires d'un animal qui tue son peuple avec des gaz et s'en réjouit", a ajouté Donald Trump dans un tweet, en faisant allusion au président syrien, Bachar al-Assad, et à l'attaque chimique présumée de samedi soir à Douma.

"La Russie promet d'abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu'ils arrivent, beaux et neufs !" a écrit le chef d'État.

>> À lire : Trump promet des "décisions importantes sous 24 à 48 h"

Le président américain a en outre affirmé dans un autre tweet que les relations entre les États-Unis et la Russie étaient "pires aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide".

"Il n'y a pas de raison à cela. La Russie a besoin qu'on aide son économie, ce qui devrait être très facile à faire, et nous avons besoin que toutes les nations travaillent ensemble. Arrêtons la course aux armements", a poursuivi Donald Trump.

"Les missiles guidés devraient filer vers les terroristes"

Moscou n’a pas tardé à répondre aux menaces proférées par le président américain. "Les missiles guidés devraient filer vers les terroristes, pas vers le gouvernement légal qui combat depuis plusieurs années sur son sol le terrorisme international", a ainsi écrit sur Facebook Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Pour elle, une éventuelle frappe américaine, en effaçant les éléments d'analyse, pourrait viser à empêcher toute enquête indépendante sur l'attaque chimique qui, selon les rebelles syriens, a eu lieu samedi dernier à Douma, près de Damas. "L'idée serait-elle d'effacer rapidement les traces de provocations par des frappes de missiles intelligents, et les inspecteurs n'auront plus rien à trouver en termes de preuves ?" s'est-elle interrogée. "Les inspecteurs de l'OIAC ont-ils été prévenus que des missiles intelligents vont maintenant détruire toutes les preuves d'utilisation d'armes chimiques au sol ?" a-t-elle encore ironisé.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.