Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

Découvertes

L’étrange projet Sanctuary, ou comment conserver la mémoire de l’humanité sur la Lune

© NASA, GODDARD, LRO | La première mission privée vers la Lune vient d'être approuvée.

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 12/04/2018

Le projet Sanctuary veut laisser aux humains du futur une trace de notre passage sur Terre, en utilisant la Lune comme "entrepôt" de stockage de certaines données.

Ce n’est pas la première fois que nous expédions dans l’espace des extraits de la mémoire humaine. On connaît la sonde Pioneer, envoyée dans l’espace en 1972, mais aussi les deux sondes Voyager qui transportent un message tentant de résumer en quelques éléments clés ce qu’est l’humanité. Plus récemment, SpaceX a aussi embarqué dans sa Tesla une bouteille à la mer remplie de données et de livres.

VOIR AUSSI : En 1972, la NASA envoyait la plaque de Pioneer dans l'espace pour communiquer avec les extraterrestres

Mais le projet Sanctuary, tout juste révélé par le CEA dans un communiqué, a un objectif assez différent. Sanctuary ne cherche pas à rentrer en contact avec d’hypothétiques extraterrestres ou à envoyer une sonde à l’autre bout de la galaxie. Le but de ce projet, porté par des ingénieurs de l’entreprise allemande PTScientists et financé par des entreprises privées (Audi et Vodafone en particulier), c’est de laisser une trace de l’humanité sur la Lune.

Les ingénieurs ont conçu une sonde, nommée ALINA, qui décollera de la Terre à l’occasion du cinquantième anniversaire des premiers pas de l’humanité sur la Lune, en septembre 2019. Selon leur plan, elle alunira dans la région de Taurus Littrow. Mais la sonde ne sera pas seule.

Sur son flanc, les ingénieurs fixeront un cube d’une dizaine de centimètres d’arête contenant 17 disques de saphir. Ceux-ci contiendront, sous forme d’images, de textes ou de données codées, "l’intégralité de deux génomes humains (un homme, une femme), une sélection d’informations scientifiques, d’œuvres artistiques et de travaux collaboratifs". Le contenu de ces disques a été créé ou choisi par un groupe de scientifiques, d'ingénieurs et de graphistes français, canadiens et allemands qui s'est constitué en janvier 2017.

En somme, le but ultime de Sanctuary est de laisser des souvenirs de notre civilisation à d'éventuels découvreurs "qui seront vraisemblablement nos descendants, dans un lointain futur". "Il s'agit de leur parler de nous, d'ici et de maintenant", est-il écrit dans le communiqué du CEA.

Avant de s'installer sur la Lune avec ses données et d'y rester définitivement, la sonde aura pour mission d'explorer, durant douze jours, "les vestiges laissés par les astronautes américains" de la mission Apollo 17.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 12/04/2018