Accéder au contenu principal

Sous le choc, l'Algérie pleure les victimes du crash de l'avion militaire à Boufarik

L'avion militaire, qui s'est écrasé mercredi 11 avril à une trentaine de kilomètres au sud d'Alger, a fait 257 morts.
L'avion militaire, qui s'est écrasé mercredi 11 avril à une trentaine de kilomètres au sud d'Alger, a fait 257 morts. Ryad Kramdi, AFP

Des prières seront récitées vendredi, en Algérie, en hommage aux victimes du crash aérien survenu mercredi. L'identification des dépouilles se poursuit. Un "numéro vert" gratuit a été ouvert pour fournir des informations aux proches des victimes.

PUBLICITÉ

En ce premier jour de week-end en Algérie, de nombreux hommages aux victimes du crash d’un avion militaire près de l’aéroport de Boufarik, à une trentaine de kilomètres au sud d'Alger, sont prévus vendredi 13 avril dans tout le pays. Un deuil national de trois jours avait été décrété par le président algérien Abdelaziz Bouteflika dès mercredi en mémoire des victimes, majoritairement des militaires et leurs familles qui regagnaient leur garnison dans l'extrême sud du pays.

La "prière de l'absent" sera récitée à la mémoire des victimes dans toutes les mosquées du pays après la grande prière hebdomadaire. Une minute de silence sera également observée avant toutes les compétitions sportives prévues vendredi et samedi. Par ailleurs, les footballeurs participant à des compétitions durant le weekend porteront tous un crêpe noir au bras en signe de deuil, a annoncé la Fédération algérienne de football (FAF).

Les instituts français d'Algérie ont annoncé l'annulation de tous leurs événements jusqu'au 13 avril et l'institut culturel italien celle d'un concert prévu vendredi soir à Alger.

>> À lire sur France 24 : "Algérie : plus de 250 morts dans le crash d'un avion militaire au sud d'Alger"

Un numéro vert pour les proches des victimes

Pour le moment, aucune annonce n'a été faite concernant l'organisation des funérailles des victimes dont le processus d'identification s'annonce long.

Le vice-ministre de la Défense et chef d'état-major des forces armées algériennes, le général Ahmed Gaïd Salah, a assisté jeudi, à l'hôpital militaire d'Aïn Naâdja d'Alger, "à la levée des corps" des "premières victimes identifiées", d’après le ministère de la Défense. Le ministère ne précise pas combien de dépouilles ont pu être identifiées, mais des photos de la cérémonie publiées sur son site Internet montrent au moins sept cercueils recouverts du drapeau algérien.

L'Institut national de criminalistique et criminologie (INCC) de la Gendarmerie nationale est chargé des victimes dont l'identification nécessite des analyses ADN, a confié un médecin militaire à l'AFP. Il n'a pas précisé combien de temps sera nécessaire pour mettre un nom sur les 257 victimes, 10 membres d'équipage et 247 passagers, majoritairement des militaires et leurs familles qui regagnaient leurs garnisons respectives dans l'extrême sud du pays.

L'appareil, qui venait de décoller et était donc rempli de carburant, s'est embrasé en touchant le sol. Il a fallu environ deux heures pour éteindre l'incendie et de très nombreux corps étaient carbonisés, rapportent les médias algériens.

À l'hôpital militaire Aïn Naâdja d'Alger, où les corps ont été transportés, une cellule d'aide psychologique accueille les proches, mais aussi les témoins de l'accident. Un "numéro vert" gratuit (le 15.27) a été ouvert pour fournir des informations et apporter une aide psychologique aux proches des victimes.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.