Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Slovaquie : nouvelle manifestation pour demander le départ du chef de la police

© AFP | Des dizaines de milliers de Slovaques ont manifesté le 15 avril 2018 à Bratislava pour exiger le départ du chef de la police

BRATISLAVA (AFP) - 

Des dizaines de milliers de Slovaques ont manifesté dimanche pour exiger le départ du chef de la police, redoutant qu'une vraie enquête ne soit pas conduite sur l'assassinat d'un journaliste qui travaillait sur la corruption dans le pays.

Quelque 30.000 personnes sont descendues dans la rue à Bratislava, selon les organisateurs, pour appeler Tibor Gaspar, le chef de la police, à la démission.

Le ministre de l'Intérieur Tomas Drucker devrait annoncer la semaine prochaine ses intentions concernant M. Gaspar.

Cette crise a éclaté après le meurtre en février de Jan Kuciak, qui avait enquêté sur la corruption et sur des liens entre des hommes d'affaires italiens soupçonnés de relations avec la mafia calabraise, la 'Ndrangheta, et des hommes politiques slovaques, y compris dans l'entourage du Premier ministre de l'époque Robert Fico.

Ce dernier a démissionné depuis et a été remplacé par Peter Pellegrini. Le nouveau gouvernement de la coalition tripartite est composé en majorité de personnes ayant appartenu au précédent, dont certains, comme M. Pellegrini, ancien vice-Premier ministre, ont changé d'attributions.

© 2018 AFP