Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Google Play est infesté de milliers d'applis qui espionnent les enfants

© Smith Collection/Gado/Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 16/04/2018

Des chercheurs ont passé au peigne fin les applications présentes dans le programme "Pour la famille" de Google Play. Alors que celles-ci sont destinées aux enfants, un certain nombre contrevient à la sécurité de ce jeune public.

Il y en aurait des centaines et des centaines. Sur le magasin Google Play, un nombre colossal d'applications tracent l'activité des enfants, malgré les textes de loi interdisant ce genre de pratique.

VOIR AUSSI : Comment savoir en un clic si Cambridge Analytica a utilisé nos données Facebook

Dans une étude menée par des chercheurs de l’International Computer Science Institute, on apprend que sur les 5 855 applications présentes dans le programme "Pour la famille" de Google Play, 28 % ont "accès à des données sensibles" et 73 % "ont déjà transmis des données sensibles".

Un consentement parental qui laisse à désirer

Le simple fait de récupérer des informations n'est pas contraire au "Children’s Online Privacy Protection Act" (COPPA), une loi fédérale qui limite la collection de données personnelles lorsque les enfants ont moins de 13 ans. Mais le problème ici, c'est qu'"aucune de ces applications ne peut prouver de consentement parental préalable".

Il apparaît également que 256 applications collectent des informations de géolocalisation, 107 partagent l'adresse e-mail de l'utilisateur et 10 vont jusqu'à rendre public le numéro de téléphone.

Ces chiffres alarmants montrent comme, au-delà des dispositifs légaux censés protéger les internautes, la réalité de la protection de la vie privée laisse encore à désirer.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 16/04/2018