Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le repas luxueux de Maduro chez "Salt Bae" a un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

Découvertes

Le réseau social chinois Weibo revient sur sa décision de retirer tout contenu homosexuel

© VCG/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 16/04/2018

Weibo souhaitait éradiquer l'homosexualité de son réseau social, les internautes chinois se sont révoltés pour finir par faire plier la plateforme.

À la fin du mois de mars, les responsables du Beijing International Film Festival annonçaient que le film "Call Me By Your Name", racontant une romance entre deux hommes dans les années 1980, ne serait finalement pas présenté en compétition officielle. Vendredi, la communauté LGBT chinoise a connu un nouveau coup dur puisque le réseau social Weibo a commencé une grande purge des contenus "violents ou homosexuels". 

VOIR AUSSI : "Call Me By Your Name" n'est qu'un bon film parmi d'autres à être censuré en Chine

C'est via son compte officiel que le troisième réseau social le plus populaire de Chine a annoncé qu'une "campagne de nettoyage" allait avoir lieu pendant trois mois, éradiquant ainsi un maximum de contenus faisant "la promotion de la violence ou de l’homosexualité". Le but selon Weibo ? "Créer un environnement harmonieux et ensoleillé" pour les utilisateurs, et surtout respecter les nouvelles règles de cybersécurité imposées par le président chinois Xi Jinping. Sont alors concernés les jeux comme GTA, mais également les photos de couples du même sexe. 

Bien sûr, une bonne partie de ces derniers ne l'ont pas entendu de cette oreille et ont commencé à se rassembler sur le réseau social grâce aux hashtag "#iamgay" ("Je suis gay") et "#iamgaynotapervert" ("Je suis gay, pas un pervers").

Avant d'être banni par Weibo, le hashtag "#iamgay" a été utilisé près de 170 000 fois en une demi-journée seulement. "C'est incroyable que la Chine progresse économiquement et militairement, mais soit restée à l'époque féodale sur le plan des idées", commente un utilisateur, tandis qu'un autre s'interroge : "Pourquoi nous ne pouvons tout simplement pas nous respecter ?". Une pluie de messages qui a fait revenir le réseau social sur sa décision initiale. En effet, lundi 16 avril, Weibo a annoncé "ne plus prendre pour cible les contenus gays".

"Nous allons nous concentrer sur la pornographie, le violent et le gore", assure désormais Weibo dans un nouveau communiqué. Une décision saluée par le compte @LGBT, qui évoque un "pas en avant" et "une forme de respect montré aux personnes différentes". 

En Chine, l'homosexualité n'est plus un crime depuis plus de 20 ans (1997), et a été retirée de la liste des maladies mentales en 2001. Cependant, le fait d'appartenir à la communauté LGBT reste toujours très mal vu dans le pays : 15 % seulement des concernés l'ont avoué à leurs parents et 5 % l'ont rendu public, rapportait une étude de l'ONU en 2016 relayée par The Guardian. La récente éviction de "Call Me By Your Name" de l'un des plus grands événements cinématographiques du pays en était une preuve.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 16/04/2018