Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition de Benalla : une situation embarrassante pour Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Cris de singe lors de Russie-France: la Russie prête à collaborer avec la Fifa

© AFP/Archives | Le milieu de l'équipe de France Paul Pogba lors du match amical face à la Russie, le 27 mars 2018 à Saint-Pétersbourg

MOSCOU (AFP) - 

La Fédération russe de football (RFS) s'est dite mardi prête à collaborer avec la Fifa dans le cadre d'une enquête sur des cris de singe entendus fin mars lors du match amical Russie-France.

Les onomatopées avaient été distinctement entendues notamment lorsque le milieu de terrain Paul Pogba ou l'attaquant Ousmane Dembélé touchaient le ballon.

"Nous avons lancé notre propre enquête interne au lendemain du match. Tous les matchs internationaux sont joués sous juridiction de la Fifa, mais nous l'avons ouverte pour comprendre nous même ce qu'il s'est passé", a déclaré un responsable de la lutte contre le racisme à la Fédération russe, Alexandre Baranov.

La Fédération russe est "en contact avec la Fifa et prête à leur soumettre sans problème ce qui sera découvert", a-t-il ajouté.

Les responsables sportifs russes ont affirmé que si des supporters impliqués étaient identifiés au cours de l'enquête, ils seraient privés de matchs de la Coupe du monde, organisée en Russie cet été.

"Ces gens ne doivent pas être laissés dans un stade. On ne doit pas les laisser faire croire au monde qu'il y a du racisme dans notre pays", a indiqué Alexeï Smertine, l'inspecteur de la RFS chargé des questions de racisme et de discrimination dans le football.

Le vice-Premier ministre Vitali Moutko a toutefois affirmé que les cris de singe entendus lors du match France-Russie "ne signifiaient pas que c'était une sorte d'acte planifié à l'avance ou du racisme".

"Près de 50.000 personnes se rendent aux matchs et il peut y avoir des provocations", a-t-il estimé.

© 2018 AFP