Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

Amériques

Accusé de racisme, Starbucks fermera ses cafés pour sensibiliser ses employés

© Mark Makela, Getty Images North America, AFP | Manifestation le 15 avril 2018 devant le Starbucks de Philadelphie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2018

Starbucks a annoncé, mardi, la fermeture de l'ensemble de ses établissements aux États-Unis le 29 mai pour sensibiliser ses employés à la discrimination raciale, après l'arrestation injustifiée de deux hommes noirs dans un de ses cafés.

Starbucks fait amende honorable. Après les excuses de son PDG Kevin Johnson, la chaîne américaine a annoncé, mardi 17 avril, la fermeture de l’ensemble de ses établissements le 29 mai pour une formation pour prévenir les actes de discrimination raciale. Cette décision fait suite à l’arrestation injustifiée de deux hommes noirs dans l’un de ses cafés, à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 12 avril. "Nous avons honte et nous reconnaissons que la partialité raciale est un problème que nous devons aborder", a twitté l'entreprise mardi soir. 

La formation du personnel aura vocation à "empêcher les actes de discrimination dans nos enseignes", a indiqué le groupe dans un communiqué. Elle "sera délivrée à près de 175 000 employés à travers le pays et fera partie du processus d'intégration de nos nouveaux employés", a ajouté Starbucks.

Durant cette formation, les employés se verront proposer "un programme destiné à corriger les préjugés racistes, promouvoir l'intégration, prévenir les discriminations et s'assurer que n'importe qui à l'intérieur d'un Starbucks se sente à l'abri et le bienvenu", a-t-il poursuivi. Plus de 8 000 établissements aux États-Unis seront fermés à cette occasion, selon le groupe.

Enquête, excuses et vidéo

La chaîne s'est retrouvée sous le feu des critiques après la diffusion sur Twitter, jeudi 12 avril, d'une vidéo filmée par une cliente d'un Starbucks de Philadelphie. Sur les images, on peut voir deux hommes, calmes, se faire interpeller et menotter par plusieurs agents dans le café. Selon l’auteure du tweet, ils ont été arrêtés parce qu’ils n’avaient rien commandé. “Ils attendaient un ami, qui est arrivé alors que ses amis étaient embarqués menottés pour n'avoir rien fait. Tous les autres blancs se demandent pourquoi ça ne nous est jamais arrivé quand on fait la même chose”, écrit-elle.

La scène a été filmée par une cliente

La vidéo a été vue plus de neuf millions de fois et l’entreprise a été depuis accusée de discrimination raciale. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant le magasin, dénonçant cette arrestation et le maire de Philadelphie, Jim Kenney, a ordonné à une commission municipale d’examiner les politiques et procédures de Starbucks.

Samedi 14 avril, le PDG de Starbucks, Kevin Johnson, a tenu à exprimer dans un communiqué “ses excuses les plus sincères”. Il assure que le groupe a “l’intention d'enquêter sur les faits pertinents et d'opérer les changements nécessaires afin d'éviter qu'une telle situation se reproduise.” Il insiste enfin sur le fait que “Starbucks s'oppose fermement à la discrimination ou au profilage racial.”

Avec AFP

 

Première publication : 17/04/2018

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : accusé de racisme, Starbucks s'excuse après l'arrestation de deux hommes noirs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)