Accéder au contenu principal

La France veut retirer la Légion d'honneur à Bachar al-Assad

Bachar al-Assad a reçu la Légion d'honneur en 2001 des mains de l'ex-président Jacques Chirac.
Bachar al-Assad a reçu la Légion d'honneur en 2001 des mains de l'ex-président Jacques Chirac. Sana, AFP

La présidence française a engagé une procédure de retrait de la Légion d'honneur attribuée au président syrien Bachar al-Assad par Jacques Chirac en 2001, a indiqué l'entourage d'Emmanuel Macron.

Publicité

La présidence française a engagé des démarches visant à retirer sa Légion d'honneur, la plus haute distinction du pays, au président syrien Bachar al-Assad.

"L'Élysée confirme qu'une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d'honneur à l'endroit de Bachar al-Assad a bien été engagée", a fait savoir, lundi 16 avril, l'entourage d'Emmanuel Macron.

Le président syrien a reçu cette décoration en 2001 des mains de Jacques Chirac, qui l'avait élevé au grade de Grand'croix de la Légion d'honneur, un an après avoir succédé à son père Hafez al-Assad à la tête de la Syrie.

Cette annonce intervient alors que la France a participé dans la nuit de vendredi à samedi à une opération militaire occidentale contre des sites syriens après une attaque chimique imputée au régime de Bachar al Assad.

"Des actes contraires à l'honneur"

Le retrait d'une Légion d'honneur se fait sur proposition du grand chancelier de la Légion d'honneur, en l'occurrence le président de la République, et requiert l'avis du ministre des Affaires étrangères et du conseil de l'ordre de la grande chancellerie.

Depuis 2010, un décret permet de déchoir plus facilement un étranger ayant "commis des actes contraires à l'honneur". La Légion d'honneur a ainsi déjà été retirée au cycliste américain Lance Armstrong ou au styliste britannique John Galliano.

Pour les Français, cette distinction est automatiquement retirée à toute personne condamnée à au moins un an de prison ferme.

Une fois la décision prise, le retrait est officialisé par un décret du chef de l'État.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.