Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

EUROPE

Washington et Londres dénoncent une "cyberactivité malveillante" de la Russie

© Rob Engelaar, AFP | "Les cibles de cette cyberactivité malveillante sont principalement les gouvernements", ont averti Londres et Washington lundi 16 avril.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2018

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont mis en garde contre une cyberattaque à l'échelle mondiale, qu'ils imputent à des pirates informatiques soutenus par la Russie. Parmi les cibles figurent les gouvernements et les fournisseurs d'accès à Internet.

C'est une alerte conjointe des plus rares. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont dénoncé, lundi 16 avril, une "cyberactivité malveillante" de la part de l'État russe, visant les administrations et les infrastructures.

"Les cibles de cette cyberactivité malveillante sont principalement les gouvernements et les organisations du secteur privé, les fournisseurs d'infrastructures cruciales et les fournisseurs d'accès à Internet", ont annoncé dans un communiqué conjoint le National Cyber Security Center britannique et, côté américain, le FBI et le Département de la sécurité intérieure.

"L'état actuel des réseaux américain et britannique, associé à une campagne du gouvernement russe pour exploiter ces réseaux, menace notre sécurité et notre santé économique", affirme le communiqué.

Celui-ci met en garde aussi bien les fournisseurs d'accès que les utilisateurs, et cite des organisations du recherche sur la cybersécurité ainsi que d'autres gouvernements à l'appui de ces informations, sans toutefois donner de détails sur la date ou l'ampleur de ces actions malveillantes.

Un climat sous haute tension

Il y a deux mois, les deux pays avaient déjà accusé la Russie d'avoir mené en 2017 la cyberattaque utilisant le "rançonlogiciel" NotPetya, qui a paralysé certaines infrastructures ukrainiennes avant d'endommager des ordinateurs à travers le monde entier.

Le Kremlin n'a pas réagi à ces allégations, mais l'ambassade de Russie à Londres les qualifie dans un communiqué d'"exemple frappant de la politique dangereuse, provocatrice et infondée" des puissances occidentales à l'égard de Moscou.

La publication de ce communiqué survient dans un climat tendu entre ces deux pays et la Russie. Washington et Londres ont procédé à des frappes contre le régime syrien, allié de Moscou, et Londres accuse Moscou d'avoir empoisonné sur son territoire début mars un ex-espion russe, Sergueï Skripal, et sa fille.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 17/04/2018

  • INFORMATIQUE

    Cybercriminalité : face aux failles Meltdown et Spectre, les entreprises veulent rassurer

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Une faille de Windows à l'origine de la cyberattaque

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Un nouveau rançongiciel s'attaque aux entreprises du monde entier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)