Accéder au contenu principal

Cette vidéo d'Obama est la preuve qu'il faut TOUJOURS se méfier des "fake news"

Brooks Kraft/Getty Images

Faire dire n'importe quelle "fake news" à Barack Obama, c'est possible grâce à l'intelligence artificielle. Et en voici la preuve.

Publicité

En mai dernier, des chercheurs américains mettaient au point un logiciel permettant de faire dire à Barack Obama absolument n'importe quoi, en modifiant la bande-son de l'un de ses discours, mais également les mouvements de son visage. Mardi 17 avril, Buzzfeed s'est amusé à reproduire ce genre de détournement, en associant la voix de l'acteur Jordan Peele à l'image de l'ancien Président des États-Unis. Bluffant. 

VOIR AUSSI : "Badnews", le jeu pour devenir un roi des "fake news"

"Le Président Trump est une totale sous-merde", peut-on entendre de la bouche de Barack Obama. Mais également, "Killmonger avait raison", faisant référence au méchant du film "Black Panther". Deux affirmations, qui peuvent laisser... sans voix, au premier abord.

Jusqu'à ce que l'ancien Président change de discours, et que le visage de Jordan Peel apparaisse à l'écran en split screen : "Vous voyez, ce ne sont pas des choses que je pourrais dire, du moins pas en public. Mais quelqu'un d'autre pourrait. Quelqu'un comme Jordan Peele. C'est une époque dangereuse, nous devons être vigilants avec ce que nous croyons ou non sur Internet. Nous devons nous appuyer sur des sources d'informations fiables."

Une leçon à prendre très au sérieux, quand on voit la qualité du résultat final proposé.

Pour que la vidéo voir le jour, trois choses ont suffit : un bon imitateur (Jordan Peele, donc), l'application FakeApp qui permet grâce à une intelligence artificielle de faire de faux échanges de visages, et le logiciel de montage Adobe After Effect. Prenez n'importe quel discours, n'importe quelle personnalité et vous pourrez en faire absolument ce que vous voulez. 

En mars dernier, The Verge mettait déjà en garde les internautes en montrant la simplicité du processus, faisant de Poutine une véritable marionnette pour qui veut. L'occasion de faire de bonnes blagues, pour les plus innocents d'entre nous, mais aussi de créer des contenus dangereux, qui pourraient être relayés en masse sur le Web et crus par un large public. Et ce n'est pas Christine Boutin qui dira le contraire

En plus de la leçon sur les fake news, on gardera en mémoire le petit "Stay woke bitches" ("Restez éveillés les pé**sses") de fin de discours de ce non-Barack Obama, qui a tout de même une certaine classe.

– Retrouvez l'article de Marcus Gilmer sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.