Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

Croissance: Le Maire met en garde contre les "nuages à l'horizon"

© AFP | Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 11 avril 2018

PARIS (AFP) - 

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a jugé jeudi "optimiste" la prévision de croissance du FMI pour la France, fixée à 2,1% pour 2018, et mis en garde contre des "nuages à l'horizon".

Le Fonds monétaire international a relevé cette semaine la prévision de croissance pour la France à 2,1% pour 2018.

"Le FMI est optimiste", a déclaré le locataire de Bercy sur RMC et BFMTV, indiquant qu'il maintenait pour sa part "la prévision de croissance française pour 2018 à 2% et 1,9% pour 2019".

"Si nous faisons 2% ce serait déjà un très beau résultat", a-t-il jugé, observant qu'il y avait "des nuages à l'horizon". "Je pense au relèvement des taux d'intérêt qui interviendra fin 2018 début 2019, nous le savons et j'espère que ça se fera progressivement", a-t-il expliqué.

M. Le Maire a aussi pointé "le risque de guerre commerciale". "Le risque de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, et les Etats-Unis et l'Europe, est une menace lourde pour notre croissance", a-t-il déclaré.

"La guerre commerciale, ça veut dire des tarifs douaniers qui augmentent, ça veut dire des prix plus chers pour produire, ça veut dire une croissance qui ralentit, ça veut dire moins d'emplois, ça c'est un risque majeur", a-t-il poursuivi, indiquant que les autorités françaises en parleraient "la semaine prochaine" avec Washington, lors de la visite d'Etat d'Emmanuel Macron aux Etats-Unis.

© 2018 AFP