Accéder au contenu principal

Évasion épique du cerveau présumé du vol de 600 ordinateurs minant des bitcoins en Islande

sorbetto/Getty

En quelques heures, Sindri Thor Stefansson s'est échappé de sa cellule et est monté dans un avion de ligne – à bord duquel avait pris place la Première ministre islandaise – direction la Suède.

Publicité

En février, la police islandaise arrêtait onze personnes accusées d’avoir volé plus de 600 ordinateurs au cours de quatre casses entre décembre 2017 et janvier 2018 (pour une valeur de plus d'1,6 million d’euros) utilisés pour miner des bitcoins.

VOIR AUSSI : La belle histoire des bitcoins oubliés de 50 Cent n'en était pas une

Le matériel volé n’a toujours pas été retrouvé. Selon Gizmodo, il est fort probable qu’il ait quitté le pays, car miner des bitcoins avec autant d’ordinateurs serait facilement repérable en Islande, peuplé de 350 000 habitants – l'équivalent de la ville de Nice.

Parmi ces onze personnes se trouvait Sindri Thor Stefansson, suspecté d’être le cerveau derrière "le grand casse du bitcoin", comme l'ont surnommé les médias. Envoyé en prison, il a visiblement décidé que le temps passé derrière les barreaux était bien trop long.

Vol direct pour Stockholm avec une VIP

La police islandaise a annoncé qu’il s’était évadé de sa prison de basse sécurité, dans laquelle il avait été transféré onze jours plus tôt, en passant par une fenêtre, rapporte l’agence de presse américaine AP.

Mais ce n'est pas tout. Il a ensuite pris la direction de l'aéroport de Keflavik, situé à une centaine de kilomètres de là, très probablement avec l'aide d'un complice. Là, il a pris un vol pour la Suède. Chose cocasse, la Première ministre islandaise était dans le même avion ! 

"Selon les autorités islandaises, il est peu probable que Stefansson ait eu besoin de montrer son passeport à l’aéroport, parce qu’il voyageait dans des pays de l’espace Schengen [auquel appartiennent l’Islande et la Suède]. En revanche, le billet était au nom d’une autre personne." La cheffe du gouvernement Katrín Jakobsdóttir, elle, se rendait à Stockholm pour rencontrer le Premier ministre indien Narendra Modi.

Un mandat d'arrêt international, chose rare pour l'Islande

L’Islande n’est pas une grande habituée des évasions de prison, rappelle le Guardian. Le journal britannique a interviewé un professeur de sociologie de l’université d’Islande, Helgi Gunnlaugsson, qui trouve étrange qu’un prisonnier avec un tel profil soit détenu dans un établissement de basse sécurité. Le spécialiste est surtout surpris par le côté très organisé de son évasion : "En Islande, une évasion signifie généralement qu’un prisonnier est parti boire un coup. Le milieu [du crime] est petit, et il est très difficile de se cacher, alors fuir le pays…"

Selon la BBC, un mandat d’arrêt international a été émis pour obtenir l'arrestation de Sindri Thor Stefansson. La police suédoise est activement à sa recherche.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.