Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

FRANCE

SNCF : l'intersyndicale suspend la concertation avec la ministre des Transports

© Bertrand Langlois, AFP | Un manifestant à Marseille, le 19 avril 2018.

Dernière modification : 19/04/2018

L'intersyndicale CGT-Unsa-CFDT-SUD de la SNCF a décidé "collectivement de suspendre" sa participation à la concertation avec la ministre des Transports Élisabeth Borne et va demander à être reçue par le Premier ministre Édouard Philippe.

Après l’annonce la veille du projet de filialisation du fret de la SNCF et celle de la date de la fin du recrutement au statut prévue pour 2020, l'intersyndicale CGT-Unsa-CFDT-SUD de la SNCF s’est réunie jeudi 19 avril. Ils ont décidé "collectivement de suspendre" leur participation à la concertation avec la ministre des Transports, Élisabeth Borne et vont envoyer un courrier au Premier ministre Édouard Philippe pour être reçus.

L’intersyndicale a par ailleurs confirmé la poursuite de la grève de deux jours sur cinq. Le taux de grévistes à la SNCF a légèrement augmenté jeudi, passant à  22,73% contre 19,84% mercredi, selon les chiffres communiqués par la direction au huitième jour de mobilisation organisée à l'appel des quatre syndicats représentatifs.

Rebond du taux de grévistes

La participation avait jusqu'à présent tendance à s'éroder depuis le 3 avril, premier jour de ce mouvement intermittent contre le projet de transformation de la compagnie ferroviaire. Mais le taux est reparti à la hausse jeudi pour la plupart des métiers, notamment les conducteurs (66,4 % contre 60 % mercredi), les contrôleurs (60,9 % contre 50,6 %) et les aiguilleurs (30,2 % contre 23,4 %).

Le trafic reste fortement perturbé, avec un TGV en circulation sur trois, deux Transiliens et deux TER sur cinq et un Intercités sur quatre.

Cette nouvelle journée de grève coïncide avec la mobilisation interprofessionnelle planifiée par la CGT, qui tente de donner corps à la "convergence des luttes" entre retraités, fonctionnaires, étudiants et salariés du privé.

À Marseille, plusieurs centaines de cheminots CGT ont pris la tête du cortège avec feux de Bengale et cornes de brume. Au-delà de la SNCF, "on défend le service public en général et les conditions de travail de tous les salariés. C'est pour ça qu'on a tout le monde dans la rue, même les étudiants viennent nous rejoindre", s'est félicité Rémi Hours, l'un de leurs représentants.

Les cheminots s'opposent au projet de réforme de la SNCF du gouvernement, qui prévoit l'ouverture à la concurrence, la transformation de l'entreprise en société anonyme à capitaux publics et la fin du statut des cheminots pour les nouveaux embauchés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/04/2018

  • FRANCE

    SNCF : l'Assemblée adopte très largement la réforme en première lecture

    En savoir plus

  • FRANCE

    Air France, SNCF, universités : les mouvements sociaux se poursuivent en France

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    France : grève très suivie, alors que l'Assemblée débat de la réforme de la SNCF

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)