Accéder au contenu principal

Tuerie du Musée juif de Bruxelles : Mehdi Nemmouche renvoyé aux assises à Bruxelles

Dessin d'audience représentant Mehdi Nemmouche, à la cour de Versailles en 2014.
Dessin d'audience représentant Mehdi Nemmouche, à la cour de Versailles en 2014. Benoît Peyrucq, AFP

Mehdi Nemmouche, interpellé à Marseille en 2014 quelques jours après la tuerie dans le Musée juif de Bruxelles, sera renvoyé devant la cour d'assises de la capitale belge. Le procès devrait avoir lieu fin 2018 ou début 2019.

Publicité

Le jihadiste français Mehdi Nemmouche, 33 ans, a été renvoyé devant la cour d'assises de Bruxelles avec un complice présumé, Nacer Bendrer, dans le dossier de la tuerie du Musée juif, qui avait fait quatre morts le 24 mai 2014 dans la capitale belge, a annoncé un de ses avocats, jeudi 19 avril.

Son procès devant la cour d'assises de Bruxelles devrait avoir lieu fin 2018 ou début 2019.

Interpellé à Marseille, dans le sud de la France, six jours après la fusillade à Bruxelles à sa descente d'un car en provenance de Belgique, Mehdi Nemmouche a reconnu avoir "joué un rôle" dans l'attaque mais nie être le tireur. Il a été inculpé d'"assassinats dans un contexte terroriste" et est incarcéré en Belgique.

>> À lire aussi : Quand Mehdi Nemmouche était le geôlier des otages français en Syrie

Dans le box, il comparaîtra aux côtés de Nacer Bendrer, qui est aussi français et est considéré par l'accusation comme son principal complice dans cette tuerie. Nacer Bendrer avait été inculpé en février 2015 à Bruxelles, deux mois après son arrestation près de Marseille.

Il avait été arrêté en possession de diverses armes, dont un fusil d'assaut de type kalachnikov qui serait très similaire à celui utilisé au moment de la tuerie au Musée juif.

Dans son arrêt rendu jeudi, la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles a en revanche estimé qu'il n'y avait pas lieu de renvoyer aux assises Mounir Attalah, un Marseillais qui avait mis en contact Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer.

Le non-lieu dont il bénéficie avait été réclamé par le parquet fédéral belge faute de preuves de son implication dans la tuerie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.