Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Afrique

Des manifestations contraignent le président Ramaphosa à rentrer en Afrique du sud

© Mujahid Safodien, AFP | Le président Ramaphosa s'exprime face aux journalistes au sujet des manifestations qui secouent l'Afrique du Sud, vendredi 20 avril 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/04/2018

Le président Cyril Ramaphosa a été obligé de rentrer précipitamment dans son pays, vendredi, alors qu'il assistait à un sommet à Londres, en raisons de violentes manifestations dans la province du Nord-Ouest.

Le président d'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa a quitté précipitamment un sommet du Commonwealth à Londres pour rejoindre vendredi 20 avril son pays où de violentes manifestations font rage. La police sud-africaine a tiré des balles en caoutchouc contre des manifestants qui protestent contre la corruption et le manque de services publics dans la province du Nord-Ouest.

Depuis plusieurs jours, la ville de Mahikeng, chef-lieu du Nord-Ouest, est le théâtre de pillages et d'incendies. Au moins 23 personnes ont été interpellées, selon la police. Une personne aurait été tuée jeudi, selon la chaîne d'informations eNCA, mais la police n'a pas confirmé cette information.

Pour tenter de dénouer la crise, Cyril Ramaphosa s'est rendu sur place, où il a notamment appelé au calme, après plus de six heures d'entretiens avec la direction locale du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC). "Nous lançons un appel au retour au calme, pendant que nous nous employons à résoudre cette question", a-t-il déclaré à la télévision, lors d'une allocution au cours de laquelle il a souligné qu'il avait compris que les manifestants exigeaient la démission du Premier ministre régional, membre de l'ANC, ainsi que des mesures contre la corruption et pour une bonne gouvernance.

Premier défi

"Il s'agit de sujets sérieux", qui méritent une consultation en profondeur, au sein du parti et du gouvernement, a promis Cyril Ramaphosa. "Nous allons agir aussi vite que possible pour apporter une réponse à tous les problèmes qui ont été évoqués."

Il s'agit de l'un des premiers défis de taille auxquels est confronté le nouveau président Ramaphosa, au pouvoir depuis février. Il a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, alors que son prédécesseur, Jacob Zuma, a été contraint de démissionner en raison des nombreux scandales dans lesquels il est embourbé.

>> À lire sur France 24 : "Cyril Ramaphosa promet de 'rétablir la santé des entreprises publiques' "

Vendredi, les écoles, magasins et services publics de Mahikeng sont restés fermés. De la fumée noire s'échappait toujours d'un township, ont constaté des journalistes de l'AFP. "Beaucoup de magasins ont été pillés, des boutiques appartenant à des étrangers ont été saccagées dans notre quartier. Malheureusement il n'y avait pas assez de policiers" pour empêcher ces débordements, témoigne un pasteur de 43 ans.

Le Botswana réagit

Les manifestations ont éclaté cette semaine après la mort de deux personnes qui s'étaient vu refuser des soins dans une clinique à cause d'une grève. Les habitants en colère protestent contre le manque de services publics et exigent la démission du Premier ministre de la province, Supra Mahumapelo, qu'ils accusent de corruption.

En raison des violences dans le Nord-Ouest, les autorités du Botswana voisin ont décidé de fermer leur poste-frontière avec l'Afrique du Sud près de Mahikeng.

Ces manifestations soulignent les faillites de la "nation arc-en-ciel", vingt-quatre ans après l'avènement de la démocratie et l'élection du premier président sud-africain noir Nelson Mandela. Dans de nombreux quartiers du pays, l'accès à l'eau et l'électricité restent rares, les logements précaires et les ordures s'entassent.

Avec AFP

Première publication : 21/04/2018

  • AFRIQUE DU SUD

    Dernier adieu à Winnie Mandela en Afrique du sud

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : le procès pour corruption de l'ex-président Jacob Zuma renvoyé au 8 juin

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa promet de "rétablir la santé des entreprises publiques"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)