Accéder au contenu principal

La Corée du Nord va fermer son site d'essais nucléaires et cesser ses tirs de missiles

Image satellite du site nucléaire nord-coréen.
Image satellite du site nucléaire nord-coréen. HO/Airbus Defense & Space and 38 North/CNES/AFP

La Corée du Nord a annoncé samedi qu'elle allait fermer son site d'essais nucléaires et cesser ses tirs de missiles, gage de sa bonne volonté en vue de pourparlers avec le Sud et les États-Unis.

PUBLICITÉ

C'est un premier pas vers l'amélioration de ses relations diplomatiques. La Corée du Nord va suspendre samedi 21 avril ses essais nuclaires et ses tirs de missiles balistiques intercontinentaux, selon l'agence de presse officielle KCNA. Elle précise que le site d'essais nucléaires du nord du pays sera démantelé et ajoute que Pyongyang entend dialoguer avec la communauté internationale pour parvenir à la paix et développer son économie.

>> À lire sur France 24 : "Une ligne téléphonique 'historique' établie entre les dirigeants des deux Corées"

Le président américain Donald Trump salué une "très bonne nouvelle" sur Twitter, affirmant avoir hâte que le sommet avec Kim Jong-un arrive.

"La décision de la Corée du Nord représente un progrès significatif pour la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, que le monde attend", a pour sa part déclaré la présidence sud-coréenne, saluant "l'environnement très positif pour les sommets à venir entre les deux Corées et entre la Corée du Nord et les États-Unis", que la décision de Pyongyang "va créer".

En revanche, Tokyo a accueilli cette nouvelle avec prudence.

"Nous saluons [la décision nord-coréenne] comme une initiative d'avenir (…) mais le point important est de savoir si cette décision conduira à l'abandon complet du développement nucléaire et celui des missiles d'une façon vérifiable et irréversible", a déclaré le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, à la presse.

"Nous voulons surveiller cela de près", a-t-il ajouté.

Mais son ministre de la Défense, Itsunori Onodera, avait lui adopté un peu plus tôt une position beaucoup plus tranchée, en déclarant à des journalistes à Washington : "Nous ne pouvons pas être satisfaits", du fait que, selon lui, la Corée du Nord n'avait pas mentionné "l'abandon de missiles balistiques de courte et moyenne portée".

Sommet historique

Cette annonce spectaculaire intervient moins d'une semaine avant le sommet prévu entre Pyongyang et Séoul qui préfigure un sommet historique qui devrait avoir lieu entre Kim Jong-un et Donald Trump, en principe début juin.

"Comme le caractère opérationnel des armes nucléaires a été vérifié, il n'est plus nécessaire pour nous de mener des essais nucléaires ou de lancer de missiles à moyenne et longue portée ou ICBM [missiles balistiques intercontinentaux], a dit Kim Jong-un lors d'une réunion du Comité central de son parti unique au pouvoir en Corée du Nord. "Le site d'essais nucléaires du nord a rempli sa mission", a-t-il ajouté.

Sous la direction de Kim Jong-un, Pyongyang a fait des progrès rapides dans son programmes d'armements, objet de multiples sanctions aggravées de la part notamment du Conseil de sécurité de l'ONU, des États-Unis, de l'Union européenne et de la Corée du Sud. L'année dernière, la Corée du Nord a mené son sixième essai nucléaire, le plus puissant en date, et lancé des missiles capables de toucher le territoire des États-Unis.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.