Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

Ligue 1: Paris poursuit sa quête de records en gagnant petitement à Bordeaux

© AFP | Le milieu de terrain du Paris SG Giovanni Lo Celso buteur lors de la victoire sur Bordeaux 1-0 le 22 avril 2018

BORDEAUX (AFP) - 

Le Paris SG, déjà titré mais engagé désormais dans une course aux records en tout genre en L1 en attendant sa finale de Coupe de France, a obtenu une victoire poussive sur le terrain de Bordeaux (1-0), dimanche soir, en clôture de la 34e journée.

Une reprise sèche de Lo Celso aux 20 mètres à un quart du terme a suffi aux hommes d'Unai Emery pour se défaire de Girondins accrocheurs, bien organisés défensivement pour faire face à la possession parisienne mais dont ce revers signe sûrement la fin des espoirs dans leur course à l'Europe.

Sérieux à défaut d'être brillants ou percutants, avec du déchet qui ne leur a pas permis d'emballer davantage cette partie, Paris a peut-être manqué de motivation quatre jours après Caen (3-1).

Sur un terrain où il avait brillé il y a trois semaines en finale de la Coupe de la Ligue face à Monaco, où Cavani règne habituellement en buteur en série (deux doublés lors des deux dernières visites), ce fut plus compliqué.

Sa défense, mise sous pression d'entrée, n'a pas été des plus impériales, son milieu a pas mal gaspillé à l'image de Pastore, alors que Mbappé, homme du match ici même face à l'ASM, est tombé sur un Poundjé pugnace.

Au regard des situations franches, un nul n'aurait pas été usurpé pour les hommes de Gustavo Poyet soutenus comme jamais cette saison, avec le record d'affluence du Matmut Atlantique à la clé (41.290 spectateurs).

Mais à l'image de leur saison où ils ont beaucoup gâché, les Bordelais se sont fait punir sur un des rares tirs cadrés du nouveau champion de France.

- Parades monstrueuses d'Areola -

Le buteur du soir avait allumé la première mèche (13e) bien sortie par Costil, tandis que Cavani s'était vu refuser un but pour un hors-jeu limite au retour des vestiaires. Et puis il y a eu ce corner de Draxler repoussé plein axe sur Lo Celso qui reprenait puissamment à ras de terre figeant Costil sur sa ligne (76e).

Ce but intervenait après un gros temps fort des locaux qui croyaient vraiment en leurs chances à ce moment-là, en atteste les deux parades monstrueuses d'Areola sur une frappe de Lerager alors qu'il était masqué (63e) et surtout sur cette tête à bout portant de Pablo (74e).

A l'ultime minute, sur un dernier rush aquitain initié par Kamano, qui a beaucoup tenté ce dimanche, Koundé monté aux avant-postes, a vu sa reprise cadrée sortie par un tacle de Berchiche.

Avec ces trois unités de plus à leur compteur, les Parisiens (90 points) ne sont plus qu'à deux victoires du total le plus élevé qu'ils détiennent depuis deux ans. Avec ce petit but, la meilleure différence de l'histoire qu'ils ont établie en 2016 (+83) est aussi dans leurs cordes.

En revanche, ils ont peut-être perdu le rythme pour atteindre les 118 buts du RC Paris version 1959-1960. Il leur en manque 14 désormais à inscrire lors des quatre prochaines journées.

© 2018 AFP