Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FOCUS

Réforme de l'enseignement primaire : une rentrée de haute lutte à l'école publique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La FIAC fête son 45ème anniversaire

En savoir plus

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

© AFP/Archives | Le photojournaliste égyptien Shawkan, détenu depuis 2013, prend une photo virtuelle, lors de son procès au Caire, le 9 août 2016

PARIS (AFP) - 

Le photojournaliste égyptien Shawkan, détenu depuis 2013 dans son pays, est lauréat du Prix Mondial de la liberté de la presse Unesco/Guillermo Cano, a annoncé lundi l'organisation internationale basée à Paris.

Mahmoud Abou Zeid, connu sous son pseudonyme Shawkan, avait été interpellé le 14 août 2013 alors qu'il couvrait au Caire la sanglante dispersion d'un sit-in de partisans des Frères musulmans par les forces de sécurité.

"Le choix de Mahmoud Abou Zeid rend hommage à son courage, à sa résistance et à son attachement à la liberté d'expression", a déclaré Maria Ressa, présidente du jury, composé de professionnels des médias, dans le communiqué de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

Le ministère égyptien des Affaires étrangères avait exprimé dimanche son "profond regret" après avoir été informé de l'intention de l'Unesco de remettre ce prix à Shawkan. Le Caire a dénoncé une "politisation" de l?organisation, qui fait selon lui le jeu des ONG et du Qatar, bêtes noires du pouvoir égyptien.

Le porte-parole de la diplomatie égyptienne Ahmed Abou Zeid avait ainsi déploré dans un communiqué que l'Unesco "récompense une personne accusée d'actes de terrorisme et d'infractions pénales".

Plusieurs centaines de personnes, dont trois journalistes, ont été tuées durant la dispersion sanglante du sit-in organisé à l?été 2013 pour protester contre la destitution par l'armée de l?islamiste Mohamed Morsi, premier président civil élu démocratiquement un an plus tôt mais rapidement devenu impopulaire.

Aux côtés de plus de 700 co-accusés, Shawkan est jugé pour meurtre de policiers et vandalisme. L'ONG Reporters sans frontières (RSF), qui a récemment organisé une campagne de soutien au photojournaliste, a dénoncé la peine de mort requise par le parquet égyptien le 3 mars contre Shawkan.

L'Egypte occupe la 161e place (sur 180 pays) au classement mondial 2017 de la liberté de la presse de RSF. Au moins 31 journalistes sont emprisonnés dans le pays selon l'ONG.

Le prix sera décerné le 2 mai à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, a précisé l'Unesco.

© 2018 AFP