Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée, la marche de l'opposition réprimée par la police

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

EUROPE

Fusillade en Belgique : Salah Abdeslam condamné à 20 ans de réclusion pour tentative d'assassinat terroriste

© Benoit Peyrucq , AFP | Salah Abdeslam dans la salle d'audience le 7 février 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2018

Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015, a été reconnu coupable par la justice belge de tentative d'assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste lors d'une fusillade survenue en 2016.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a rendu lundi 23 avril son jugement à l'encontre du jihadiste français Salah Abdeslam pour sa participation à une fusillade avec la police, trois jours avant son arrestation en mars 2016 dans la capitale belge.

Le dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis a été reconnu coupable par la justice belge de tentative d'assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste et condamné à une peine de 20 ans de réclusion.

Ni Abdeslam ni son coaccusé tunisien Sofian Ayari, qui a été lui aussi reconnu coupable et condamné à la même peine, n'étaient présents au tribunal. "Leur ancrage dans le radicalisme ne fait aucun doute", a notamment relevé le jugement. Lors du procès début février, aucun des deux prévenus n'avait voulu s'expliquer sur les faits. Salah Abdeslam avait refusé de répondre aux questions, affirmant "placer sa confiance en Allah et c'est tout".

Les explications de notre correspondante

Arrêté trois jours après la fusillade à Forest

Le 15 mars 2016, c'est lors d'une perquisition de routine dans un logement supposé vide, dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015, que des policiers belges et français avaient été visés par des tirs d'armes automatiques au 60 rue du Dries à Forest.

Quatre d'entre eux avaient été blessés, et un jihadiste algérien de 35 ans tué fusil en mains en couvrant la fuite d'Ayari et d'Abdeslam. Ce raid policier avait précipité la fin de la cavale de celui qui était alors l'homme le plus recherché d'Europe.

Abdeslam avait été arrêté le 18 mars à Molenbeek, un quartier de Bruxelles, avec Ayari au terme de quatre mois de cavale, et quelques jours avant les attentats-suicides du 22 mars 2016 qui ont fait 32 morts à l'aéroport de Zaventem et dans le métro de Bruxelles.Il est actuellement en prison en France, en attente de son procès pour son rôle dans les attaques du 13 novembre 2015.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/04/2018

  • JUSTICE

    Les enjeux de la première comparution publique de Salah Abdeslam à Bruxelles

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentats du 13 novembre : la veste explosive de Salah Abdeslam aurait été défectueuse

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentats du 13-Novembre : deux ans après, la France se souvient

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)