Accéder au contenu principal

Une espèce d'oiseau sur huit est menacée d'extinction, affirme une étude menée au niveau mondial

Le ara canidé, une espèce en danger critique d'extinction.
Le ara canidé, une espèce en danger critique d'extinction. Roberto Machado Noa/Getty Images

Un rapport publié par Birdlife International révèle la situation alarmante dans laquelle se trouvent les oiseaux du monde entier, et ce uniquement à cause de l'Homme.

Publicité

Après la mort du dernier mâle rhinocéros blanc du Nord en mars dernier, ou l'extinction de la moitié des orangs-outans de Bornéo depuis le début du siècle, la dernière nouvelle alarmante à propos de la faune terrestre concerne cette fois-ci les oiseaux, et leurs différentes espèces à travers le monde. 

VOIR AUSSI : En Nouvelle-Zélande, l’une des plus rares espèces de manchots au monde est en danger

Selon une étude réalisée par l'organisation non gouvernementale Birdlife International, et relayée par The Guardian, une espèce d'oiseau sur huit est désormais menacée d'extinction. Dans une longue introduction, les auteurs précisent que cette extinction de masse est la sixième connue de notre histoire, mais qu'il s'agit de la première pour laquelle l'homme est entièrement responsable. Ils estiment également que les volatiles seraient en train de disparaître 100 à 10 000 fois plus vite que la normale. 

Certaines espèces sont plus concernées que d'autres : dans l'étude sont notamment cités les gruidés (73 % des sous-espèces menacées), les vautours (68 %) , les albatros (68 %) ou encore les perroquets (29 %). "Les espèces menacées d'extinction avaient pour habitude de vivre dans des endroits comme les sommets de montagnes, ou les îles reculées comme le pigeon rose de l'île Maurice", explique Tris Allinson, scientifique et auteur de l'étude. "Désormais, nous constatons que des espèces plus familières comme la tourterelle des bois, le macareux moine ou encore le rissa sont concernées". 

Les raisons de ce déclin spectaculaire sont certes diverses et variées, mais proviennent toutes de l'Homme : l'agriculture, l'exploitation forestière, l'urbanisation, la pollution, la chasse ou encore le changement climatique sont citées dans le rapport. Et quand la main humaine n'est pas directement mise en cause, c'est l'effet papillon qui fait son apparition : par exemple, le changement radical de température dans certaines zones du monde a été un facteur favorable aux moustiques porteurs du paludisme aviaire, décimant des populations entières d'oiseaux. 

Malgré ces statistiques désastreuses, il semblerait que les programmes de conservation des oiseaux soient efficaces, puisque 25 espèces au moins ont été sauvées de l'extinction depuis le début du siècle. Un peu d'espoir donc, qui se transmet notamment par l'éducation et la prise de conscience des générations à venir. "Tout est réversible, car tout provient malheureusement du genre humain", conclut Tris Allinson. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.