Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée, la marche de l'opposition réprimée par la police

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

NDDL: réunion mercredi à Matignon avec Edouard Philippe

NOTRE-DAME-DES-LANDES (FRANCE) (AFP) - 

La préfète des Pays-de-la-Loire, Nicole Klein, a annoncé mardi une réunion mercredi après-midi à Matignon avec le premier ministre Édouard Philippe sur le dossier Notre-Dame-des-Landes.

"C'est le gouvernement qui tranchera" sur ce dossier, a déclaré Mme Klein, venue à Notre-Dame-des-Landes pour signer une convention d'occupation précaire (COP) avec quatre agriculteurs historiques. "Une fois qu'auront été examinés les projets déposés (par les occupants de la ZAD, ndlr), le processus de retour à l'Etat de droit devra se poursuivre", a-t-elle ajouté.

"Ceux qui ne se sont pas engagés dans cette démarche devront en tirer toutes les conséquences, car le gouvernement ne renoncera pas à l'engagement qu'il a pris de mettre fin aux occupations illégales", a insisté la représentante de l'Etat.

Mardi matin, Mme Klein a signé, dans une salle municipale de Notre-Dame-des-Landes, une COP avec les quatre agriculteurs historiques "qui avaient refusé les expropriations et les indemnisations", lorsque le projet d'aéroport était toujours d'actualité, afin qu'ils "retrouvent un cadre d'exploitation légal" de leurs terres, selon un communiqué de la préfecture.

C'est un "signe que l'avenir des terres agricoles à Notre-Dame-des-Landes se dessine", soulignait le communiqué.

© 2018 AFP