Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FOCUS

Réforme de l'enseignement primaire : une rentrée de haute lutte à l'école publique

En savoir plus

Amériques

"Il n’y a pas de planète B", insiste Emmanuel Macron devant le Congrès américain

© Chip Somodevilla, AFP | Emmanuel Macron lors de son allocution devant le Congrès américain, le 25 avril 2018, à Washington.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2018

Au troisième jour de sa visite d'État à Washington, Emmanuel Macron a exposé, en anglais, sa vision du monde devant le Congrès américain. Dans un discours offensif, il s’est notamment exprimé sur le climat, l’Iran et le multilatéralisme.

Climat, Iran, guerre commerciale... Emmanuel Macron a exposé, mercredi 25 avril, devant le Congrès américain, sans Donald Trump, sa propre vision du monde.

Après avoir encensé l’amitié franco-américaine, Emmanuel Macron a abordé des dossiers qui divisent les deux pays, notamment l’environnement. Il a invité les Américains à "regarder les choses en face" : "Il n’y a pas de planète B", a-t-il scandé. Le chef d'État s'est dit persuadé que les États-Unis finiront par "rejoindre l'accord de Paris" sur le climat. Et de faire allusion à la décision prise il y a près d’un an par Donald Trump de sortir de cet accord.

"L’Iran ne doit jamais posséder d’arme nucléaire"

Dans un discours offensif régulièrement interrompu par des applaudissements et des ovations, il a aussi appelé les États-Unis à préserver le multilatéralisme à l'heure où Donald Trump pourrait prendre des décisions unilatérales sur l'Iran et le commerce, au grand dam de ses partenaires internationaux.

"Les États-Unis ont inventé le multilatéralisme, ils doivent le préserver", a-t-il déclaré. "Les guerres commerciales ne sont pas la réponse aux défis actuels", a-t-il souligné, estimant que des solutions acceptables pouvaient être trouvées par des négociations dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce.

Concernant l’Iran, le président français a affirmé que l’Iran ne possèderait "jamais" d’arme nucléaire, et a proposé un accord plus ambitieux que le texte actuel, honni par Donald Trump. "Notre objectif est clair : l’Iran ne doit jamais posséder d’arme nucléaire. Ni maintenant, ni dans cinq ans, ni dans dix ans. Jamais", a-t-il conclu.

L'analyse de notre envoyé spécial

Première publication : 25/04/2018

  • RELATIONS FRANCO-AMÉRICAINES

    Visite de Macron à Washington : les relations franco-américaines au beau fixe

    En savoir plus

  • RELATIONS FRANCO-AMÉRICAINES

    Macron loue "sa relation spéciale" avec Trump avant sa visite à Washington

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Acier et aluminium : pourquoi de nouveaux droits de douane au nom de la sécurité nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)