Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Remaniement: "Et la montagne accoucha d'une souris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

Groenland: victoire étroite des sociaux-démocrates

© Ritzau Scanpix/AFP | Bureau de vote à Nuuk au Groenland, le 24 avril 2018

COPENHAGUE (AFP) - 

Le parti social-démocrate a remporté à l?arraché les élections locales au Groenland, territoire autonome danois riche en ressources naturelles mais sous-exploité, et va devoir maintenant engager de longues tractations pour former une coalition gouvernementale.

Avec 27,2% des suffrages selon les chiffres officiels publiés mercredi, le Siumut, qui domine la vie politique groenlandaise depuis 1979, a créé la surprise en s'imposant avec à peine 500 voix d'écart face à Inuit Ataqatigiit (IA), formation gauche-verte qui était donnée gagnante par les sondages.

Avec 25,5% des votants, IA a reconnu sa défaite. Le Siumut et IA, qui visent à terme à obtenir l?indépendance, accusent un recul important par rapport à l'élection précédente. Ils sont talonnés par les centristes de Demokraatit, qui ont rassemblé 19,5% des voix, plus modérés sur le sujet de l'autonomie.

Le chef du parti Siumut, Kim Kielsen, ancien policier au pouvoir depuis décembre 2014, devrait rester à la tête du gouvernement.

"Il y a beaucoup de combinaisons (gouvernementales) possibles", a affirmé à l'agence danoise Ritzau Rasmus Leander Nielsen, politologue à l'Université du Groenland.

L'île de 55.000 habitants, rattachée par la géologie à l'Amérique du Nord, gère elle-même ses ressources, mais son budget n'est viable que grâce aux apports du Danemark, pays qui contrôle la diplomatie, la défense et la monnaie.

Copenhague lui couperait les vivres si le Groenland décidait de devenir indépendant, une possibilité reconnue par la Constitution danoise.

© 2018 AFP