Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

Asie - pacifique

Nucléaire iranien : Rohani rejette la légitimité du "nouvel accord" souhaité par Macron et Trump

© Atta Kenare, AFP | Hassan Rohani a opposé mercredi 25 avril depuis Tabriz, dans le nord de l'Iran, une fin de non recevoir aux discussions sur un "nouvel accord".

Vidéo par Armelle CHARRIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2018

Alors que Donald Trump et Emmanuel Macron ont évoqué la possibilité de négocier un nouvel accord avec l'Iran au sujet de son programme nucléaire, le président iranien a rejeté mercredi toute discussion sur le sujet.

La réponse de Téhéran ne s'est pas fait attendre : alors que le président français Emmanuel Macron a proposé mardi à Donald Trump un "nouvel accord" avec l'Iran, le président iranien Hassan Rohani a fermement rejeté ces discussions, mercredi 25 avril. Pour le dirigeant iranien, en effet, un nouvel accord ne serait pas légitime. Hassan Rohani juge, par ailleurs, Donald Trump incapable de négocier des traités internationaux.

"Ensemble, avec un chef d'un pays européen, ils disent : 'Nous voulons décider pour un accord conclu à sept'. Pour quoi faire ? De quel droit ?", a demandé Hassan Rohani lors d'un discours à Tabriz, dans le nord de l'Iran, dans une référence implicite à Donald Trump et Emmanuel Macron.

>> À lire aussi : Incertitudes autour du "nouvel" accord iranien porté par Macron

Même sans rejet de Téhéran, un nouvel accord était de toute façon loin d'être gagné. Avec Donald Trump, "nous avons un désaccord sur le JCPOA", a ainsi d'emblée reconnu Emmanuel Macron mardi en utilisant l'acronyme anglais de l'accord de Vienne, signé en juillet 2015 entre l'Iran et les grandes puissances (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) après des années de négociations, aux termes duquel Téhéran a accepté de geler son programme nucléaire jusqu'en 2025.

Donald Trump doit dire le 12 mai prochain s'il rompt ou non cet accord qu'il juge insuffisant. "On ne déchire pas un accord pour aller vers nulle part. Il faut construire un accord sur l'Iran plus large, pour la stabilité de la région", avait pladé le président français pour défendre un nouvel accord.

Avec AFP

Première publication : 25/04/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Incertitudes autour du "nouvel" accord iranien porté par Macron

    En savoir plus

  • IRAN

    Accord sur le nucléaire iranien : nouvelle mise en garde de Rohani à Trump

    En savoir plus

  • CANADA

    Le G7 uni face à la Russie, ferme sur la Corée du Nord mais divisé sur l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)