Accéder au contenu principal

Gaza : nouvelles manifestations meurtrières lors de la "marche du retour"

De nouvelles manifestations ont eu lieu vendredi 27 avril 2018 près de Jaballa, dans le nord-est de la bande de Gaza.
De nouvelles manifestations ont eu lieu vendredi 27 avril 2018 près de Jaballa, dans le nord-est de la bande de Gaza. Mohammed Abed, AFP

Trois Palestiniens ont été tués vendredi par des tirs de soldats israéliens dans la bande de Gaza, lors du cinquième vendredi consécutif de protestations le long de la frontière israélienne, dans le cadre de la "marche du retour".

PUBLICITÉ

Nouveau vendredi meurtrier dans la bande de Gaza. Trois Palestiniens ont été tués le 27 avril par des tirs israéliens lors du cinquième vendredi consécutif de protestations le long de la frontière avec Israël. Par ailleurs, 154 personnes ont été hospitalisées après avoir été atteintes par balles ou avoir inhalé des gaz lacrymogènes, a annoncé le ministère gazaoui de la Santé.

Depuis le 30 mars, des milliers de Palestiniens se rassemblent chaque vendredi dans le cadre d'une "marche de retour" qui doit culminer le 15 mai prochain, date du 70e anniversaire de la proclamation de l'État d'Israël.

La "marche" revendique le droit des Palestiniens de retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu'ils ont fuies à la création d'Israël en 1948. La mobilisation, qui doit culminer mi-mai, dénonce aussi le blocus imposé par Israël à Gaza pour contenir le mouvement islamiste Hamas, qui dirige sans partage l'enclave palestinienne et auquel Israël a livré trois guerres depuis 2008.

Un usage excessif de la force dénoncé par les Gazaouis et l'ONU

La plupart des Palestiniens se tiennent à distance de la barrière lourdement gardée par les soldats israéliens. Mais des groupes défient le danger en s'approchant pour lancer des pierres ou des engins incendiaires sur les soldats ou tenter de forcer la ligne de barbelés déroulée par Israël en avant de la barrière. Les soldats israéliens ripostent par des moyens anti-émeutes ou tirent à balles réelles sur les manifestants.

>> À lire aussi : Zeid Ra'ad Al Hussein ne défendra plus férocement les droits de l'homme pour l'ONU

Vendredi matin, le Haut-Commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al Hussein, a reproché à Israël un usage de la force excessif contre les manifestants ces dernières semaines.

L'armée israélienne affirme ne tirer que si c'est nécessaire, pour protéger la barrière de sécurité, les soldats et la population israélienne. Elle accuse le Hamas de se servir des civils comme "boucliers humains" et d'être responsable des morts.

Le décès des trois Palestiniens porte à 38 le nombre de Palestiniens tués depuis le début de la "grande marche du retour".

Avec AFP, AP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.