Accéder au contenu principal

Pyongyang promet de fermer son site atomique en mai sous les yeux d'experts américains

Rencontre historique entre le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 27 avril 2018.
Rencontre historique entre le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 27 avril 2018. Korea Summit Press Pool, AFP

La présidence sud-coréenne a relayé, dimanche, l'offre du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un de fermer son site d'essais atomiques en mai sous les yeux d'experts américains. Une proposition formulée lors du sommet intercoréen historique de vendredi.

Publicité

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a proposé de fermer son site d'essais atomiques en mai et d'inviter à cette occasion des experts et journalistes américains, a annoncé la présidence sud-coréenne dimanche 29 avril.

D'après Séoul, le numéro un nord-coréen a fait cette promesse lors du sommet historique vendredi avec le président sud-coréen Moon Jae-in où les deux pays ont confirmé leur "l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire".

>> À voir : une rencontre intercoréenne riche en symboles

Pendant des années, Pyongyang a soutenu qu'il ne renoncerait jamais à l'arme atomique, indispensable selon lui pour le protéger d'une invasion américaine.

"Rendre un grand service à la planète"

Il est vraisemblable que ces déclarations soient perçues comme une carotte avant un autre sommet très attendu, entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump, lequel a fait montre d'un optimisme prudent.

La rencontre aura lieu "dans les trois ou quatre prochaines semaines", a dit le chef de la Maison Blanche lors d'un rassemblement de ses partisans dans le Michigan, et elle sera "très importante". D'après CBS News, la rencontre pourrait se tenir en Mongolie ou à Singapour.

Donald Trump a promis de "rendre un grand service à la planète" en parvenant à un accord sur le nucléaire avec Pyongyang. Le président américain a été prompt à mettre son rôle en exergue dans la détente en cours, via ce que la Maison Blanche qualifie de "Campagne de pressions maximum", soit des discours très durs, le renforcement des sanctions et l'isolement diplomatique de la Corée du Nord.

>> À lire : Une spécialité nord-coréenne amenée par Kim Jong-un s'arrache en Corée du sud

Mike Pompeo : "une vraie opportunité"

Le tout nouveau secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a pour sa part souligné, dimanche, voir une "vraie opportunité" de progrès dans les relations avec la Corée du Nord, à la suite de son tête-à-tête, pendant le week-end de Pâques, avec Kim Jong Un.

Il a aussi révélé avoir "beaucoup parlé" avec le dirigeant nord-coréen de la mise en place d'un "mécanisme complet, vérifiable, irréversible" en vue d'une dénucléarisation.

Quant à John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, il a estimé sur la chaîne de télévision Fox que le programme qui a conduit à l'abandon en 2003 par la Libye du colonel Mouammar Kadhafi de ses ambitions nucléaires devra servir de modèle.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.