Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Afrique

L'Algérie reconnaît le Nouvel An berbère comme une fête nationale

© Ryad Kramdi, AFP | Le Nouvel An berbère, Yennayer, célébré à Ath Mendes au sud de Tizi-Ouzou, en Algérie, le 12 janvier 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2018

Les parlementaires algériens ont voté, lundi, la reconnaissance du Nouvel An berbère, Yennayer, comme fête nationale en Algérie. Le 12 janvier avait été décrété férié cette année par le président Abdelaziz Bouteflika.

Le 12 janvier sera désormais chômé et payé chaque année en Algérie. Les députés algériens ont voté, lundi 30 avril, "à l'unanimité" l'ajout de Yennayer, le Nouvel an berbère, dans la liste légale des fêtes nationales.

Yennayer est depuis longtemps célébré en Algérie, particulièrement dans les régions berbérophones où la journée est largement fériée de fait. Le Nouvel an berbère avait été décrété férié pour la première fois cette année en Algérie par le président Abdelaziz Bouteflika, afin de "conforter l'unité nationale".

Après le vote de lundi, "amenzu n yennayer" ("nouvel an berbère" en langue tamazight) figure désormais dans la loi listant les fêtes nationales algériennes.

Une concession accordée après le rejet de l'enseignement du tamazight

La décision présidentielle de conférer cette année un caractère officiel aux festivités avait été prise dans la foulée de protestations dans plusieurs localités berbérophones contre le rejet d'un amendement parlementaire en faveur d'une généralisation de l'enseignement du tamazight, la langue berbère.

Le tamazight a été reconnu langue nationale en mars 2002 après les émeutes sanglantes du "Printemps noir" de 2001, qui avaient fait 126 morts en Kabylie, avant d'être consacrée deuxième langue officielle du pays avec l'arabe dans la Constitution adoptée en 2016.

L'Algérie compte quelque 10 millions de berbérophones, soit un quart de sa population. La Kabylie, région montagneuse et frondeuse à l'est d'Alger, abrite la plus importante communauté berbère algérienne. Les revendications identitaires et linguistiques kabyles, et plus largement berbères, ont longtemps été niées voire réprimées par l'État algérien, désireux d'unir le pays autour de l'arabité.

Avec AFP

Première publication : 30/04/2018

  • ALGÉRIE

    Vague de sanctions pour tenter d'endiguer les violences dans le football algérien

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Sous le choc, l'Algérie pleure les victimes du crash de l'avion militaire à Boufarik

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Nouvelles taxes en Algérie : violences en Kabylie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)