Accéder au contenu principal

Double attentat-suicide à Kaboul : au moins 25 morts dont plusieurs journalistes

Le lieu de l'attentat du 30 avril 2018 à Kaboul.
Le lieu de l'attentat du 30 avril 2018 à Kaboul. Capture France 24

Deux explosions ont frappé la capitale afghane Kaboul en pleine heure de pointe lundi matin, tuant au moins 25 personnes et faisant 49 blessés. Un photographe de l'AFP et plusieurs journalistes ont été tués dans l'attentat.

PUBLICITÉ

Un double attentat-suicide, dont un perpétré au milieu des journalistes, a frappé un secteur proche du siège des renseignements afghans (NDS) à Kaboul à l'heure de la rentrée des bureaux, lundi 30 avril, faisant au moins 25 morts selon un premier bilan officiel. L'organisation de l'État islamique a revendiqué l'attaque en s’en prenant dans un communiqué aux "apostats des forces de sécurité et des médias".

La seconde explosion s'est produite quelques minutes après la première, visant les reporters accourus sur place, a confirmé le porte-parole de la police de Kaboul Hashmat Stanikzai.

Mort d'un photographe de l'AFP

Un photographe de l'AFP et cinq autres journalistes présents ont été tués par l'explosion, selon le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur, Najib Danish. Ilss travaillaient pour des télévisions afghanes, dont un pour la chaîne Tolo News, déjà éprouvée par un attentat revendiqué par les Taliban en 2016, qui avait fait sept morts. De leur côté, l'organisation Reporters sans Frontières (RSF) et le Centre des journalistes d'Afghanistan (AJC) ont dénombré neuf journalistes tués.

Au moins cinq journalistes, dont un photographe de Reuters, figurent parmi les blessés, d'après l'agence de presse anglo-saxonne.

Selon une source sécuritaire, le kamikaze qui a visé la presse s'était préalablement glissé parmi les reporters, "muni d'une caméra".

Le photographe de l'AFP tué lors de l'explosion s'appelait Shah Marai. Il était chef du bureau à Kaboul et travaillait pour l'AFP depuis 1996. Il a notamment contribué à la couverture pour l'agence de l'invasion américaine de 2001.

Un reporter de la BBC tué dans le Sud-Est

Le premier attentat, perpétré par un kamikaze à moto, s'est produit peu avant 8 h près du siège des services de renseignement afghans (NDS) a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najib Danish : "Un kamikaze circulant à bord d'une moto s'est fait exploser devant un cours d'anglais dans le secteur de Shash Darak".

Selon lui, plusieurs bureaux du NDS se trouvent dans ce secteur "mais l'explosion a eu lieu devant le cours d'anglais".

Le siège du NDS avait été la cible d'un attentat-suicide en mars : un kamikaze à pied avait franchi le barrage de police et s'était fait exploser à l'entrée des bureaux. Cette attaque intervient une semaine après un attentat-suicide dans un centre d'enregistrement électoral de la ville qui a fait 60 victimes.

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier pour les médias de l'histoire de l'Afghanistan, pays particulièrement dangereux où plus de 80 journalistes et employés d'organes médiatiques ont été tués depuis 2001, dont 20 rien que l'an dernier.

Par ailleurs, lan BBC a annoncé qu'un reporter afghan de la radio-télévision britannique à Kaboul a été tué par balles lundi à Khost, dans le sud-est de l'Afghanistan. "C'est avec une immense tristesse que la BBC confirme la mort de notre reporter afghan Ahmad Shah à la suite d'un attentat", a indiqué le média britannique dans un communiqué.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.