Accéder au contenu principal

Le Pentagone travaillerait à l’élaboration d’une arme à radiofréquence capable de stopper les véhicules-béliers

Image d'illustration.
Image d'illustration. Mario Gutiérrez/Getty

Selon un média américain spécialisé, les ingénieurs du Pentagone espèrent développer d’ici 2019 un prototype fonctionnel d’arme à énergie dirigée, qui arrêterait en pleine course des véhicules fous.

PUBLICITÉ

Depuis plusieurs années, les attaques terroristes perpétrées par des véhicules-béliers ont vu leur nombre drastiquement augmenter dans le monde. Imprévisibles, celles-ci sont aussi particulièrement meurtrières. L’attentat du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais, à Nice, qui a causé la mort de 86 personnes et fait 458 blessés, en est un triste exemple. Et l'organisation État islamique en a eu une utilisation quasi quotidienne dans la zone syro-irakienne pour des attentats-suicides, comme le montre cette vidéo de France 24. Il n’est donc pas surprenant que l’armée américaine consacre une partie de ses moyens à tenter de les contrer. Stratégiquement bien sûr, mais aussi technologiquement.  

VOIR AUSSI : Des avions de chasse américains vont être équipés d’armes laser en 2021

Le 24 avril dernier, un article du site spécialisé Defense One nous apprenait ainsi que le Département américain de la Défense, dans le cadre de son Programme conjoint des armes non-létales du Pentagone (JNLWD), s’attelait à l’élaboration d’un dispositif capable d’arrêter en pleine course, et à distance, des véhicules fous. Le prototype utiliserait un système d’arrêt à radiofréquence, consistant à envoyer de puissantes micro-ondes sur l’engin afin de désactiver ses composants électriques. Le tout sans endommager le véhicule, ni blesser son conducteur — en théorie.

Ce brouilleur ciblerait en réalité l’unité de contrôle du moteur et le bloquerait progressivement

Ce "brouilleur" ciblerait en réalité l’unité de contrôle du moteur et le bloquerait progressivement. D’après David Law, directeur de la division technologique du JNLWD, "tout ce qu’il y a d’électronique sur une voiture se verrait affecté, et tant que la radio serait allumée, le véhicule resterait immobilisé", rapporte Defense One. Pour le moment, l’appareil porte le nom de "stoppeur de véhicule à radiofréquence" ("Radio Frequency Vehicule Stopper").

Deux versions différentes seraient en cours de développement. L’une, de petite taille, ressemblerait "à une sorte de vieux phonographe", et aurait une portée de 50 mètres. L’autre, d’une taille environ trois fois supérieure à la première, car équipée d’un dispositif d’amplification, aurait une portée "d’une centaine de mètres". La vidéo ci-dessous en expliquerait le fonctionnement. Le JNLWD espérait avoir un prototype fonctionnel d’ici 2019. 

Mais pourquoi un tel engin, dont le fonctionnement peut paraître simple, n’a-t-il pas été conçu plus tôt ? Tout simplement parce que les générateurs d’énergie requis pour faire fonctionner des limiteurs de radiofréquence étaient il y a encore peu de temps beaucoup trop imposants pour être embarqués dans un dispositif miniature, sinon portable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.