Accéder au contenu principal

Libye : la commission électorale visée par une attaque meurtrière à Tripoli

Dans une rue de Tripoli, une affiche de la Haute Commission électorale libyenne, cible d'un attentat-suicide le 2 mai 2018.
Dans une rue de Tripoli, une affiche de la Haute Commission électorale libyenne, cible d'un attentat-suicide le 2 mai 2018. Gianluigi Guercia, AFP

Un attentat revendiqué par l'EI a été perpétré, mercredi, contre le siège de la Haute Commission électorale libyenne à Tripoli. Au moins 12 personnes ont été tuées et sept autres blessées, selon le ministère de la Santé.

PUBLICITÉ

Au moins douze personnes ont été tuées et sept autres blessées, mercredi 2 mai, à Tripoli dans un attentat revenqué par l'organisation État islamique (EI) contre le siège de la Haute Commission électorale libyenne (HNEC).

Quatre individus armés ont attaqué le bâtiment de la HNEC dans la matinée, selon Mohamad al-Damja, un haut responsable de sécurité à Tripoli.

"Ils ont abattu les gardes avant de tirer sur les personnes présentes sur les lieux", a-t-il déclaré à l'AFP.

Au moins deux assaillants ont ensuite fait détoner leur charge explosive à l'arrivée des forces de sécurité, a-t-il ajouté, précisant que le siège de la HNEC avait pris feu et été gravement endommagé.

Des élections espérées d'ici fin 2018

La HNEC, considérée parmi les rares institutions crédibles et indépendantes, avait organisé les deux premières législatives en 2012 et 2014, réinstaurant cet exercice après 42 ans d'interdiction sous la dictature. Elle travaille par ailleurs à l'établissement de listes d'électeurs en vue de nouvelles élections.

La Libye est en proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités s'y disputent aujourd'hui le pouvoir : d'un côté, le GNU reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, de l'autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l'est du pays, avec le soutien du puissant et controversé maréchal Khalifa Haftar.

Pour départager les camps rivaux, la communauté internationale et l'ONU pressent pour la tenue d'élections dans le pays d'ici la fin de l'année 2018.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.