Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Afrique

Le Maroc rompt avec l'Iran pour ses liens supposés avec le Front Polisario

© AFP (archives)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/05/2018

Le Maroc a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran, accusé d'avoir facilité la livraison d'armes au Front Polisario par l'intermédiaire de son allié du Hezbollah libanais. Rabat avait déjà rompu ses relations avec Téhéran entre 2009 et 2014.

Le Maroc a annoncé, mardi 1er mai, la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran, qu'il accuse d'avoir facilité une livraison d'armes au Front Polisario, mouvement indépendantiste au Sahara occidental, via son allié du Hezbollah libanais. Téhéran a démenti mercredi ces accusations, qualifiées de "mensongères".

Lors d'une conférence de presse à Rabat, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a assuré qu'une "première livraison d'armes avait été récemment fournie au Polisario", le mouvement indépendantiste sahraoui soutenu par l'Algérie, via un "élément" à l'ambassade iranienne à Alger.

>> À lire : Le Maroc menace d'intervenir militairement au Sahara occidental

"Le Maroc dispose de preuves irréfutables, de noms identifiés et de faits précis qui corroborent cette connivence entre le Polisario et le Hezbollah contre les intérêts suprêmes du royaume", a affirmé le chef de la diplomatie marocaine.

Téhéran dément "fermement"

"Les remarques attribuées au ministre des Affaires étrangères marocain sur une coopération entre un diplomate iranien et le Front Polisario" sont "mensongères", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères iranien. Téhéran dément "fermement" ces accusations et déplore qu'elles servent de "prétexte" à une rupture diplomatique. Les autorités iraniennes "considèrent que cette affaire est totalement dénuée de fondement", ajoute le communiqué iranien.

L'ambassadeur du Maroc à Téhéran a "quitté mardi l'Iran et je vais demander au chargé d'affaires de l'ambassade d'Iran de quitter le royaume sans délai", a ajouté Nasser Bourita, qui s'exprimait à son retour de Téhéran, où il dit avoir informé son homologue iranien Mohammad Javad Zarif de la décision marocaine.

Nasser Bourita a précisé que cette décision n'avait rien à voir avec "les développements régionaux ou internationaux" actuels, en référence notamment aux tensions entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite, qui soutiennent des camps opposés dans des conflits et des crises au Moyen-Orient.

"Sous pressions"

Dans un communiqué, le Hezbollah a jugé "regrettable que le Maroc lance des accusations infondées sous pressions américaines, israéliennes et saoudiennes", trois pays hostiles à l'Iran. Les États-Unis, Israël et l'Arabie saoudite, deux alliés historiques de Washington, n'ont de cesse de critiquer les ingérences et "l'ambition" dominatrice de l'Iran au Moyen-Orient.

L'Iran et l'Arabie saoudite ont rompu leurs relations diplomatiques en janvier 2016 et sont engagés dans une lutte d'influence régionale. Les deux pays soutiennent des camps opposés en Syrie, au Yémen ainsi qu'au Liban.

Le Maroc avait déjà rompu ses relations avec l'Iran début 2009, pour protester notamment contre "l'activisme" religieux de Téhéran dans le royaume. Ces liens avaient été rétablis en 2014.

Le Sahara occidental, étendue désertique de 266 000 kilomètres carrés, est le seul territoire du continent africain dont le statut post-colonial n'est pas réglé. Il est revendiqué par le Maroc - qui en contrôle la majeure partie - et par le Front Polisario, qui réclame un référendum d'autodétermination. Rabat rejette toute solution autre qu'une autonomie sous sa souveraineté.

Avec AFP

Première publication : 02/05/2018

  • SAHARA OCCIDENTAL

    Le Maroc menace d'intervenir militairement au Sahara occidental

    En savoir plus

  • SAHARA OCCIDENTAL

    Front polisario : le Maroc dénonce la "responsabilité flagrante" de l'Algérie

    En savoir plus

  • MAROC

    Diplomate marocain "agressé" : la brouille s'envenime entre Alger et Rabat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)