Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Quelqu'un peut-il seulement sauver Kanye West, en plein naufrage avec ses propos sur l'esclavage ?

© TMZ/YouTube | Capture d'écran de l'interview de Kanye West par TMZ.

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 02/05/2018

En qualifiant l'esclavage de "choix", Kanye West dépasse le simple "bad buzz" pour s'enfoncer dans la négation d'un pan de l'Histoire américaine.

Depuis quelques semaines maintenant, Kanye West opère un retour médiatique via Twitter, en s'exprimant quotidiennement sur des sujets divers et variés. Mais si ses interventions pouvaient jusqu'alors faire sourire son audience, le rappeur est en train de dépasser des limites dangereuses qu'une star d'une telle envergure ne devrait pas franchir. 

VOIR AUSSI : Mais que se passe-t-il donc dans la tête de Kanye West ?

Tout avait pourtant commencé calmement lorsque, samedi 16 avril, Kanye West rouvrait son compte Twitter pour publier ses confessions, sans aucun intermédiaire médiatique. Il a commencé par raconter quelques anecdotes sur la construction de l'identité visuelle de son dernier album, "The Life Of Pablo", posté des souvenirs illustrés en photos et s'est confié sur ses préférences vestimentaires. Il a ponctué ses interventions de messages mystérieux, qui n'avaient parfois tout simplement aucun sens. Soit. 

Le soutien à Donald Trump

Puis, le 25 avril, tout a pris une autre tournure : Kanye West, dont on connaissait déjà les préférences politiques, a réaffirmé son soutien à Donald Trump dans une série de tweets à la gloire du Président des États-Unis. Ce dernier s'est empressé de relayer les messages du rappeur, ravi de pouvoir s'offrir une telle publicité. Car oui, Kanye West est l'un des rappeurs les plus adulés de notre génération. Avec 28,2 millions d'abonnés sur Twitter, il a également une très grande force de frappe médiatique. Les dents grincent, et les célébrités se désabonnent en masse pour montrer leur désaccord avec les opinions de l'artiste. 

Mais Kanye West ne s'est pas arrêté là. Le 1er mai, lors d'une interview accordée au média américain TMZ, il dépasse les limites en déclarant que l'esclavage est un "choix". "Quand on entend parler de l'esclavage pendant 400 ans. 400 ans ? On dirait un choix", explique-t-il sereinement face à deux journalistes. Une phrase qui a outragé Van Lathan, un autre employé de TMZ qui, comme le montre l'extrait vidéo, n'a pas manqué de lui faire savoir. 

"C'est une absence totale de réflexion"

"En fait je ne crois pas que vous pensiez quoi que ce soit. Je pense que ce que vous êtes en train de faire, c'est justement une absence totale de réflexion. Vous êtes autorisé à penser ce que vous voulez, mais il y a des faits et des conséquences dans la vie réelle derrière tout ce que vous dites. Pendant que vous faites de la musique, que vous êtes un artiste, que vous vivez la vie que vous avez gagnée en étant un génie, les autres personnes de notre société doivent faire face à des menaces. Nous devons faire avec cette marginalisation, qui est la conséquence des 400 années d'esclavage, qui étaient un 'choix', selon vos dires. Je suis déçu, consterné, et, mon frère, je suis incroyablement blessé par le fait que vous vous soyez transformé en quelque chose d'irréel."

Plus loin que le "bad buzz"

Au-delà d'exprimer ses opinions personnelles, Kanye West remet en cause un pan de l'Histoire, et les oppressions subies par des peuples entiers. Une démarche similaire à celle des négationnistes, qui nient des faits prouvés et relatés, dont les conséquences sont encore présentes dans nos sociétés actuelles.

En plus de provoquer un véritable tollé, sa déclaration a dépassé le simple "bad buzz"  pour devenir dangereuse, quand on connaît l'influence – précédemment citée – du rappeur. D'ailleurs, ses fans n'ont pas manqué d'exprimer leur profond désaccord avec les dires de leur idole. 

"Kanye West a dit que l'esclavage était un choix. Certains diront qu'il est un penseur libre, je pense qu'il a juste perdu la tête."

"Vous devriez visiter le nouveau Mémorial des victimes de lynchage, le Whitney Plantation Museum en Louisiane, l'île de Gorée, le Musée international de l'esclavage de Liverpool et apprendre la souffrance de ce cauchemar de l'histoire humaine."

Par la suite, le rappeur a tenté de se dédouaner, via Twitter, en expliquant : "Bien sûr, je sais que les esclaves n'ont pas été enchaînés et embarqués sur des bateaux de leur propre chef. Je voulais dire que le fait d'être resté dans cet état alors que nous étions plus nombreux signifie que nous étions mentalement esclaves." Une justification loin d'être convaincante, par rapport au contenu de sa précédente déclaration. Et qui, malgré les dires de son épouse Kim Kardashian, nous laisse de plus en plus croire à une rechute psychiatrique de la star internationale, qui semble être totalement hors de contrôle. 

Un peu plus de quinze jours après son retour sur Twitter, le rappeur continue de s'exprimer parfois plus de 20 fois par heure et échappe à tout filtre ou intermédiaire qui serait capable de ralentir son impulsivité. À voir si sa course frénétique s'arrêtera devant les tribunaux, par la fermeture – peut-être forcée – de son compte Twitter, ou en institut spécialisé. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 02/05/2018