Accéder au contenu principal

Ligue Europa : au bout du suspense, l’OM élimine Salzbourg et rejoint l’Atlético Madrid en finale

Les Marseillais célèbrent avec leurs supporters après leur qualification.
Les Marseillais célèbrent avec leurs supporters après leur qualification. AFP

Chahuté par le RB Salzbourg, l'OM aura attendu les dernières minutes des prolongations avant de se qualifier pour la 5e finale de Coupe d'Europe de leur histoire. Le club phocéen affrontera l'Atlético de Madrid, vainqueur d'Arsenal.

Publicité

Au bout du suspense, les Marseillais se sont finalement qualifiés jeudi 3 mai pour leur première finale de Coupe d'Europe depuis 14 ans. Sur la pelouse du RB Salzbourg, les hommes de Rudi Garcia se sont faits peur en concédant deux buts dans le temps réglementaire. Mais au bout des prolongations, ce sont bien les Olympiens qui l'ont emporté, délivrés par Rolando.

Les coéquipiers de Dimitri Payet retrouveront l'Atletico de Madrid, vainqueur 1 à 0 d'Arsenal sur leur pelouse dans l'autre demi-finale. L'affiche finale de la Ligue Europa se tiendra sur la pelouse de Lyon le mercredi 16 mai.

Un match difficile pour les Olympiens

Les Marseillais, soutenus par quelque 1 500 supporters chauds bouillants venus les soutenir à la Red Bull Arena de Salzbourg, ont livré un match très disputé, haché par de nombreuses fautes.

En première mi-temps, les acteurs de la rencontre ont fait peu de place au spectacle. Les Marseillais, regroupés derrière, se sont contentés d'attendre leurs adversaires du soir tandis que le RB Salzbourg peinait à concrétiser une domination stérile.

Le match s'est véritablement emballé après la mi-temps. Les Autrichiens ont ouvert le score sur un but sur un exploit individuel d'Amadou Haidara, qui a transpercé la défense de Marseille sur un slalom avant de frapper de l'extérieur à l'entrée de la surface (53e, 1-0).

Puis, les locaux ont ensuite fait le break grâce à une frappe de Schlager, déviée dans sa propre cage par Bouna Sarr (65e, 2-0). De quoi réveiller des Phocéens jusqu'ici à la peine, à l'image de Luiz Gustavo, replacé arrière centrale. Mais, malgré les assauts pohocéens, à la fin du temps réglémentaire, rien n'était réglé.

Après le nul 2-2 à l'aller, les deux équipes ont dû disputer des prolongations pour se mettre d'accord sur le nom du finaliste. Et, après 116 minutes de jeu, le défenseur marseillais Rolando, rentré un quart d'heure plus tôt, est venu placer le plat du pied de la qualification sur un corner de Payet (116e, 2-1).

Les mauvaises langues diront que le corner avait été sifflé à tort par l'arbitre. Qu'à cela ne tienne, comme le disait Rudi Garcia en conférence de presse avant le match, "l'essentiel, c'est de jouer la finale."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.