Accéder au contenu principal

Le ministre pakistanais de l'Intérieur Ahsan Iqbal blessé lors d'une attaque

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Ahsan Iqbal, lors d'une conférence de presse à Islamabad, le 2 octobre 2017.
Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Ahsan Iqbal, lors d'une conférence de presse à Islamabad, le 2 octobre 2017. Aamir Qureshi, AFP (archives)

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Ahsan Iqbal, a été blessé par balles dimanche, lors d'une tentative présumée d'assassinat alors qu'il se trouvait dans la province du Pendjab. Sa vie n'est pas en danger, selon son assistant.

Publicité

Le ministre de l'Intérieur du Pakistan, Ahsan Iqbal, a été blessé par balles dimanche 6 mai, mais sa vie n'est pas en danger, a indiqué son assistant à l'AFP, alors que des élections législatives doivent se tenir dans quelques mois.

"Ahsan Iqbal a été visé et blessé à un bras", a déclaré Asim Khan, un assistant du ministre. "Il est hors de danger mais il a été transporté dans un centre médical à Lahore", a-t-il poursuivi, ajoutant que son assaillant avait été arrêté. Le Premier ministre, Shahid Khaqan Abbasi, a condamné l'attaque.

Un responsable du ministère de l'Intérieur a précisé à Reuters que l'attaque avait eu lieu dans le district natal de Ahsan Iqbal, Narowal, dans le centre de la province du Pendjab. Selon un porte-parole du gouvernement de cette province, le ministre de l’Intérieur assistait à un meeting électoral dans sa circonscription quand on lui a tiré dans le bras droit.

Le ministre n’est pas en danger

"L'assaillant allait tirer une seconde fois quand la police et les participants au meeting l'ont neutralisé", a poursuivi le porte-parole, ajoutant que le ministre était en train d'être opéré et confirmant que sa vie n'était pas en danger.

Cette attaque intervient alors que le parti au pouvoir, la Ligue musulmane pakistanaise (PMLN), a fait face à de lourdes déconvenues. La Cour suprême a destitué en juillet dernier l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif, depuis lors interdit de diriger le PMLN, qu'il a créé, pour corruption. Et l'un de ses proches, le ministre des Affaires étrangères Khawaja Asif, a ensuite été démis de ses fonctions en avril pour violation des règles électorales.

Le clan Sharif, qui nie toute malversation, a condamné l'attaque. "Je condamne fortement la tentative d'assassinat contre Ahsan Iqbal. Je viens de parler avec lui et il a le moral", a tweeté Shahbaz Sharif, le frère de Nawaz, tête de liste du PMLN. "Le PMLN ne sera pas soumis," a-t-il poursuivi.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.