Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

Découvertes

Un artiste a imprimé les conditions d'utilisation de Facebook, Twitter et Instagram pour en faire une œuvre d'art

© Twitter Dima Yarovinsky | L'œuvre d'art de Dima Yarovinsky, exposée à l'école des Beaux-Arts de Bezalel en Israël.

Dernière modification : 12/09/2018

Instagram : 17 000 mots, 86 minutes de temps de lecture.

Personne (ou presque) ne lit les conditions d'utilisation des sites web et applications. Si, vous savez, ce long verbiage juridique qui fait que les entreprises expliquent avoir le droit de faire à peu près ce qu'elles veulent de vos données si vous voulez utiliser leur produit. D'ailleurs, on les lit tellement peu que l'on voit régulièrement ressortir des intox sur ce qu'elles contiendraient.

VOIR AUSSI : Twitter appelle ses utilisateurs à changer leur mot de passe

Histoire de bien comprendre pourquoi on clique sur accepter, sans prendre le temps de scroller, un étudiant de l'école des Beaux-Arts de Bezalel en Israël a décidé d'imprimer les conditions d'utilisation de WhatsApp, Google, Tinder, Twitter, Facebook, Snapchat et Instagram pour en faire son projet intitulé "I Agree" (J'Accepte), qui a été récemment exposé lors de la conférence Visualizing Knowledge, en Finlande, explique le Huff Post. Et visiblement, c'est probablement parce que ce serait un peu trop long, juste pour poster une photo avec un filtre.

"Je les ai imprimées sur une feuille A4 dans une police standard, explique Dima Yarovinsky. Après l'avoir fait, je les ai accrochées dans la galerie de l'académie et j'ai ajouté le nombre de mots qu'ils contenaient et le temps qu'il faudrait pour les lire du début à la fin. Mon but était de montrer à quel point on est petit et vulnérable face à ces entreprises immenses."

À ce petit jeu, Whatsapp (en vert) est la moins longue, tandis qu'Instagram finit largement en tête. Avec ses plus de 17 000 mots, il faudrait presque une heure et demie pour tout lire. Autant dire que ToS;DR n'a jamais semblé si nécessaire.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 12/09/2018