Accéder au contenu principal

Trump défend sa nouvelle directrice de la CIA malgré les accusations de torture

Gina Haspel, à Washington, en octobre 2017.
Gina Haspel, à Washington, en octobre 2017. Handout / OSS Society / AFP

Donald Trump a apporté lundi son soutien à Gina Haspel, nommée par ses soins à la tête de la CIA et qui doit encore être confirmée à ce poste. Elle est attaquée sur sa responsabilité dans la mise en place de la torture pour interroger les suspects.

Publicité

La quasi nouvelle directrice de la CIA, très controversée, a plus que jamais l’appui de Donald Trump. Le président américain a apporté lundi 7 mai son soutien à Gina Haspel, nommée par ses soins à la tête de la CIA et qui doit encore être confirmée à ce poste par le Sénat, après que la presse a rapporté qu'elle envisageait de retirer sa candidature.

>> À lire : "Gina Haspel, des prisons clandestines à la tête de la CIA"

Gina Haspel doit être entendue mercredi par le Sénat dans le cadre de sa procédure de confirmation. Mais selon le Washington Post de dimanche, la première femme nommée à la tête de l'agence de renseignement a voulu renoncer au poste, de peur que les accusations sur son rôle dans la torture de suspects ne lui coûtent sa confirmation.

Cette ancienne responsable du Service clandestin de la CIA est souvent attaquée sur sa responsabilité dans la mise en place, après le 11 septembre 2001, de prisons secrètes à l'étranger où des méthodes comme la simulation de noyade, assimilée à de la torture, étaient employées pour interroger les suspects.

"Ma très respectée candidate au poste de directrice de la CIA, Gina Haspel, est sous le feu des critiques parce qu'elle a été trop dure avec les Terroristes. Dire que, dans des temps aussi dangereux, nous avons la personne la plus qualifiée, une femme, dont les Démocrates ne veulent pas parce qu'elle est trop dure contre le terrorisme. Gagne Gina !", a écrit le président américain dans un tweet matinal.

Selon le Washington Post, Donald Trump a poussé Gina Haspel à ne pas retirer sa candidature.

Plusieurs responsables démocrates ont déjà annoncé qu'ils s'opposeraient à sa confirmation.

Le très respecté sénateur républicain John McCain - lui-même victime de la torture durant la guerre du Vietnam - a pour sa part déjà prévenu qu'elle devrait s'expliquer lors de l'audience mercredi sur "la nature et l'étendue de sa participation au programme d'interrogatoires de la CIA" et s'engager "sans réserve" à respecter les nouvelles lois qui interdisent l'usage de la torture dans les centres de détention américains.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.