Accéder au contenu principal

Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien

Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, à la Maison Blanche, le 8 mai 2018.
Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, à la Maison Blanche, le 8 mai 2018. Saul Loeb, AFP

Donald Trump a annoncé, mardi, le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement de sanctions contre Téhéran. Israël et l'Arabie saoudite saluent cette décision, les Européens se disent déterminés à sauver l'accord.

Publicité

• Le président américain Donald Trump a annoncé mardi 8 mai le retrait des États-Unis de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, au risque d'ouvrir une période de vives tensions avec ses alliés européens et d'incertitudes quant à la stabilité au Moyen-Orient.

• Les États-Unis vont rétablir une large palette de sanctions à l'issue de périodes transitoires de 90 à 180 jours, qui viseront notamment le secteur pétrolier iranien ainsi que les transactions en dollar avec la banque centrale du pays, mais également les exportations aéronautiques vers l'Iran, le commerce de métaux avec ce pays ainsi que toute tentative de Téhéran d'obtenir des dollars américains.

• Le président iranien, Hassan Rohani, a menacé de mettre un terme aux restrictions qu'il a consenties sur ses activités d'enrichissement d'uranium. Il a également dit vouloir discuter rapidement avec les Européens, les Chinois et les Russes en vue de garantir les intérêts de l'Iran.

• L'UE est "déterminée à préserver" l'accord nucléaire iranien a aussitôt déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni "regrettent" quant à eux la décision américaine de se retirer de l’accord sur le programme nucléaire iranien conclu en 2015, a réagi Emmanuel Macron sur Twitter.

• Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a déclaré "soutenir totalement" la décision "courageuse" de Donald Trump. L'Arabie saoudite s'est également félicitée de cette décision.

• Quant à l'ex-président américain Barack Obama, qui était en fonction lors de la signature de l'accord en 2015, il a estimé que la décision de son successeur était malavisée et constituait une "grave erreur".

Retrouvez toutes les analyses et les réactions sur notre liveblog.

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.