Accéder au contenu principal

L'Iran n'entend pas se retirer de l'accord sur le nucléaire, dit Rohani

Hassan Rohani le 31 décembre 2017.
Hassan Rohani le 31 décembre 2017. Atta Kenare, AFP

Téhéran souhaite continuer à respecter l'accord de 2015 sur son programme nucléaire, après l'annonce de la décision de Donald Trump de le dénoncer, a déclaré mardi soir le président iranien Hassan Rohani.

Publicité

L’Iran veut rester dans l’accord. Téhéran souhaite continuer à respecter l'accord de 2015 sur son programme nucléaire, après l'annonce de la décision de Donald Trump de le dénoncer, a déclaré mardi 8 mai le président iranien, Hassan Rohani.

"Si nous atteignons les objectifs de l'accord en coopération avec les autres parties prenantes de cet accord, il restera en vigueur (...). En sortant de l'accord, l'Amérique a officiellement sabordé son engagement concernant un traité international", a déclaré le président iranien dans une allocution télévisée.

>> À lire : "Sortie de l'accord sur le nucléaire iranien : des réactions partagées à travers le monde"

"J'ai donné pour consigne au ministère des Affaires étrangères de négocier avec les pays européens, la Chine et la Russie dans les semaines à venir. Si, au bout de cette courte période, nous concluons que nous pouvons pleinement bénéficier de l'accord avec la coopération de tous les pays, l'accord restera en vigueur", a-t-il continué.

Téhéran prêt à reprendre ses activiéts nucléaires

Hassan Rohani a ajouté que Téhéran était prêt à reprendre ses activités nucléaires si les intérêts iraniens n'étaient pas garantis par un nouvel accord après des consultations avec les autres parties signataires. "Si nécessaire, nous reprendrons nos activités d'enrichissement nucléaire à un niveau industriel sans aucune limite", a-t-il dit.

En vertu de ce pacte, conclu entre Téhéran et les pays "P5+1" (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu plus l'Allemagne), l'Iran a accepté de réduire ses activités nucléaires en échange de la levée progressive de la majeure partie des sanctions internationales qui avaient été imposées à la République islamique.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.