Accéder au contenu principal

Le Maire appelle l’UE à protéger ses entreprises contre les sanctions américaines en Iran

Bruno Le Maire a appelé l'Union européenne à résister aux sanctions américaines en Iran.
Bruno Le Maire a appelé l'Union européenne à résister aux sanctions américaines en Iran. Chistophe Archambault, AFP

Le ministre français de l'Économie et des finances, Bruno Le Maire, a appelé, vendredi, les pays de l'Union européenne à se doter d'instruments efficaces afin de protéger leurs entreprises face à la menace de sanctions américaines en Iran.

PUBLICITÉ

Bruno Le Maire refuse la "vassalisation de l'Europe en matière commerciale". Face à la menace de sanctions américaines contre les entreprises européennes faisant des affaires en Iran, le ministre français de l'Économie et des finances a appelé les pays européens à résister et a présenté une feuille de route pour affirmer la souveraineté du Vieux Continent.

>> À lire : L’Europe peut-elle protéger ses entreprises contre le retour des sanctions américaines en Iran ?

La décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien ouvre la voie à un rétablissement des sanctions dans un délai de 90 à 180 jours.

"Il y a une prise de conscience de tous les États européens, que nous ne pouvons continuer dans la direction dans laquelle nous sommes aujourd'hui où nous subissons les décisions américaines", a déclaré Bruno Le Maire au côté de son homologue néerlandais, Wopke Hoekstra. "Je veux que nous affirmions la souveraineté économique de l'Europe, c'est-à-dire la capacité à défendre ses intérêts quelles que soient les décisions de nos grands partenaires économiques comme les États-Unis."

Le Maire veut se doter d'instruments de protection

"La France souhaite pouvoir faire avec d'autres partenaires européens des propositions à la Commission européenne dans ce sens dans les jours qui viennent", a-t-il annoncé, citant notamment la nécessité de renforcer un règlement européen de 1996 protégeant les entreprises européennes de sanctions extraterritoriales.

Bruno Le Maire propose en outre la création d'un bureau européen de contrôle des actifs étrangers similaire à celui dont sont dotés les États-Unis ainsi que des dispositifs de financement indépendants des investissements européens à l'étranger.

Une rencontre est prévue mardi avec les entreprises françaises concernées par le retrait américain de l'accord. Total, Airbus, Renault ou encore Sanofi font partie des groupes français potentiellement visés.

>> À voir : Iran – les entreprises européennes attendent " une réponse politique"

Le ministre de l'Économie et des finances a demandé à son homologue américain, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, des exemptions pour certaines entreprises françaises, des délais d'application plus longs des sanctions, voire l'application de clauses dites "grand-père", permettant de protéger les contrats qui ont été signés au moment où l'accord était en vigueur côté américain.

"Je ne me fais pas beaucoup d'illusions sur le résultat de ces démarches", a-t-il cependant concédé. Le ministre prévoit d'ici fin mai une rencontre avec ses homologues allemand et britannique.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.