Reporters

Palestine, l'État second

France 24

Alors que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, doit annoncer à partir du 1er juillet 2020 sa stratégie concernant l’annexion controversée d’une partie de la Cisjordanie, nous vous proposons de revoir notre grand reportage tourné en 2018 dans la zone concernée, la Zone C. Nos reporters James André et Lyana Saleh sont partis à la rencontre des Palestiniens qui vivent sur ces terres convoitées. Leur film sans commentaire vous propose une plongée dans la vie de celles et ceux qui, chaque jour, font face aux restrictions imposées par l'occupation israélienne.

Publicité

La Zone C représente plus de 60 % des territoires palestiniens. Elle est entièrement sous contrôle administratif et militaire israélien. C’est le résultat des Accords d'Oslo signés en 1993. Ils devaient aboutir, après cinq ans, à la création d’un État Palestinien souverain vivant en paix aux côtés d'Israël. Mais vingt-cinq ans plus tard, rien n'a bougé.

L'Autorité palestinienne est inopérante en Zone C. Les locaux se voient systématiquement refuser tout permis de construire. Les nouvelles structures sont généralement détruites ou confisquées par l’armée israélienne. C'est également dans cette zone que les colons israéliens s'installent, compliquant la création d’un hypothétique futur État Palestinien.

>> À voir : "La "Nakba" vue par Israël, une paix impossible sans un accord sur l'Histoire ?"

Les habitants de la Zone C sont pris en étau entre une Autorité palestinienne impuissante et un État israélien qui leur est hostile. Ce sont les ONG et les agences internationales de développement qui prennent le relais. Les camps de réfugiés sont officiellement gérés par l'UNRWA, l'agence dédiée de l'ONU. Tandis que dans les villages, comme celui de Jubbet-al-Dib, une myriade d'organisations palestiniennes et internationales maintient la population sous perfusion.

 

L'école de Jubbet-al-Dib
L'école de Jubbet-al-Dib James André / France 24

 

L'école de Jubbet-al-Dib est un exemple très concret de ces dynamiques. Construite sans permis à proximité du village, grâce à des fonds de l'Union européenne, elle a été détruite par l'armée israélienne fin août 2017, à quelques jours de la rentrée scolaire. Les écoliers ont dû commencer leur année dans une simple tente. Suite aux plaintes de l'Union européenne et à un arrêté de non-destruction pris par un tribunal israélien, un bâtiment de fortune est sorti de terre, mais aucune modification n’est tolérée par les autorités israéliennes.

>> À lire : Iran - Israël, les meilleurs ennemis du monde

La colonisation et l'état dans lesquelles sont maintenues les populations de la Zone C posent la question de la viabilité d'un futur État palestinien. Nombre de Palestiniens ne croient plus à la solution à deux États.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine