Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

FRANCE

Des chefs lancent un cri d'alarme pour sauver le camembert au lait cru

© Charly Triballeau, AFP | Une employée de la fromagerie Durand, le 24 août 2016, emballe un camembert au lait cru.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/05/2018

Dans une tribune publiée mardi dans le quotidien Libération, l'association Fromages de terroirs dénonce un accord permettant bientôt aux camemberts faits à base de lait pasteurisé d'obtenir l'appellation d'origine protégée "camembert de Normandie".

"C'est le camembert de Normandie AOP au lait cru qu'on assassine" : des chefs étoilés ont signé une tribune pour dénoncer un accord conclu entre les fabricants de ce fromage, qui risque de "devenir une vulgaire pâte molle sans goût".

Publié dans Libération, mardi 15 mai, le texte rédigé par la présidente de l'association Fromages de terroirs, Véronique Richez-Lerouge, compte parmi ses premiers signataires une trentaine de chefs, dont Olivier Roellinger, Sébastien et Michel Bras, Anne-Sophie Pic, Michel et César Troisgros, Emmanuel Renaut, Christophe Bacquié et Guy Martin.

"Le plus populaire des fromages tricolores, le calendos, né dans les limbes de la Révolution française au cœur du bocage normand, va basculer dans la pasteurisation", s'alarment-ils.

Le texte fustige comme "une victoire pour l'industrie agroalimentaire, un risque fatal pour les fermiers et les consommateurs" l'accord trouvé le 21 février par les acteurs de la filière pour mettre un terme à dix ans de bataille autour de l'étiquette.

D'ici à 2021, il n'y aura plus qu'un seul et unique camembert de Normandie AOP (appellation d'origine protégée), qui pourra désormais être élaboré au lait pasteurisé.

"Honte, scandale, imposture... les mots ne sont pas assez forts pour dénoncer la forfaiture dont la France, créatrice du système des appellations d'origine qu'elle brandit partout en modèle, sera accusée d'avoir commis si les Français ne protestent pas", dénonce encore le texte.

"Un camembert au lait cru pour tous !"

"Dans cinq ans à peine, le 'véritable camembert de Normandie' sera un produit de luxe, réservé aux initiés, tandis que la masse des consommateurs devra se contenter d'un ersatz fabriqué selon les méthodes industrielles", poursuivent les signataires, qui en appellent au président Emmanuel Macron et au ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert.

"Nous réclamons un camembert au lait cru pour tous ! Aidons les producteurs laitiers en visant la qualité dans le respect de nos traditions ! Liberté, égalité, camembert !", conclut la tribune.

Au préalable, l'association Fromages de terroirs avait adressé au parquet de Paris, le 9 avril, une plainte visant les principaux industriels pour "pratique commerciale trompeuse" et" apposition d'appellation d'origine inexacte", a annoncé son avocat Me Éric Morain.

L'association y dénonce l'apposition de l'expression "fabriqué en Normandie" sur les fromages que produisent les groupes Lactalis et RichesMonts – via leurs marques Président, Lepetit, Lanquetot ou Cœur de Lion – alors qu'ils ne bénéficient pas de l'appellation d'origine "camembert de Normandie".

"Ces sociétés prospèrent sur la renommée et la qualité des produits protégés par l'appellation, plaçant de facto les producteurs locaux et traditionnels dans une situation de concurrence déloyale, tout en induisant en erreur le consommateur", affirme la plainte.

L'accord permettant l'usage du lait pasteurisé "est l'illustration de la faillite des AOP, qui étaient une très belle idée à l'origine et qui est aujourd'hui tirée vers le bas", selon Me Morain, également signataire de la tribune.

Avec AFP

Première publication : 16/05/2018

  • MADAGASCAR

    Vanille de Madagascar : quand la reine des épices suscite toutes les convoitises

    En savoir plus

  • GASTRONOMIE

    D'Alep à Paris, la pâtissière Myriam Sabet marie saveurs de France et du Levant

    En savoir plus

  • GASTRONOMIE

    Cédric Grolet, le meilleur chef pâtissier du monde, ouvre sa première boutique à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)