Accéder au contenu principal
Dans la presse

Macron, Mélenchon : "L'OM, c'est moi!"

Capture d'écran France 24

À la une de la presse ce mercredi 16 mai : l’appel de quatre pays européens pour l’ouverture d’une enquête internationale sur la répression à Gaza, le "plan de paix" de Donald Trump pour la région, la condamnation en appel de Jérôme Cahuzac en France, le match OM-Atlético Madrid de ce soir et une info sur les fêtes de Bayonne.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

À la une de la presse ce matin : l’appel lancé par quatre pays européens pour l’ouverture d’une enquête internationale sur la répression, par l’armée israélienne, des manifestants de Gaza.

 

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Irlande et la Belgique demandent à ce que la lumière soit faite sur les violences qui ont fait 59 morts lors de ces manifestations. Un appel relayé par L’Humanité, qui accuse le gouvernement de Benyamin Nétanyahou de s’être rendu coupable de «crimes de guerre» dans le territoire palestinien. L’Huma demande à la France et à l’Union européenne de «sortir de leur passivité» face à l’État hébreu, qui revendique, pour sa part, le droit à «défendre» ses frontières. Le journal La Croix, lui, se demande si «la paix est encore possible» entre Palestiniens et Israéliens, en rappelant qu’à son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump avait promis un «plan de paix» au Proche-Orient. «Un plan dont on attend toujours la publication», mais qui, selon certaines fuites, aborderait tous les points clés : les frontières, la sécurité, les réfugiés et le statut de Jérusalem. Selon ce projet, les Palestiniens se verraient concéder un État à souveraineté limitée et sans continuité territoriale. La future capitale palestinienne serait établie à Abu Dis, un faubourg de Jérusalem, et non à Jérusalem-Est. Quant à Israël, il garderait sous sa souveraineté 50 à 60 % du territoire de la Cisjordanie et annexerait les grandes colonies juives qui y sont implantées.

 

Donald Trump a aussi annoncé une rencontre, le 12 juin prochain, avec Kim Jong-Un. D’après Le Monde, le dirigeant nord-coréen a toutefois menacé, hier, d’annuler ce sommet à cause de manœuvres militaires conjointes en Corée du Sud perçues comme un «vacarme militaire provocateur». Il s'agit d'un «retour à l’ancienne rhétorique de Pyongyang», en pleine période de «réchauffement», note le journal.

 

En France, les journaux réagissent à la condamnation en appel de l’ex-ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, à quatre ans de prison dont deux avec sursis pour fraude fiscale. Celui qui avait assuré «les yeux dans les yeux» ne pas avoir de comptes cachés à l’étranger devrait toutefois échapper à la prison, selon Le Figaro. Le quotidien explique que le juge d’application des peines pourrait lui éviter l’incarcération, en échange, par exemple, du port d’un bracelet électronique. «Même sans passer par la case prison, la peine infligée par Jérôme Cahuzac dit la gravité des actes qui lui sont reprochés», d’après La Croix, qui estime que le plus important en matière de fraude fiscale, c’est de débattre de ce qu’on appelle «le verrou de Berc», c'est-à-dire le pouvoir dont dispose le ministère des finances d’engager ou non des poursuites contre les fraudeurs. Le Sénat examinera d’ailleurs cette question aujourd’hui-même. Libération critique une justice «pas très ferme», tout en rappelant que «mentir n’est pas un délit - tout juste et très vaguement, une circonstance aggravante».

 

L’heure de vérité, pour l’Olympique de Marseille et l’Atlético Madrid, c’est ce soir à 20h45, heure de Paris. Les deux clubs s’affronteront en finale de la Ligue Europa. Le journal sportif espagnol Mundo Deportivo annonce une «grande nuit athlétique», mais sans en faire trop non plus, le match de ce soir étant relégué à un petit bandeau à la une. La modestie, sans doute. La presse, française, elle, rêve tout haut. «À jamais la deuxième?» : demande L’Équipe. Les Marseillais espèrent ajouter à leur palmarès un deuxième trophée, après la Ligue des champions en 1993. Certes, « rien en sera facile face à l’Atlético», reconnaît le journal, mais «même pas peur».

 

Dans les tribunes seront présents ce soir Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. L’amour affiché du président et du patron des Insoumis pour l’OM amuse beaucoup Libération. «L’OM, c’est moi!», ironise le journal, avec un photomontage où Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon apparaissent bras dessus, bras dessous, dans des maillots aux couleurs du club marseillais. Jupiter dans l’Olympe, c’est finalement assez logique. Plus attendu, en tout cas, que la passion de Jean-Luc Mélenchon pour l’OM, lui qui déclarait en d’autres temps être «le seul Français qui ne s’intéresse pas au foot». Une déclaration que n’a pas oubliée le Huffington Post, qui n’a pas oublié non plus que le patron des Insoumis a aussi dit du foot qu’il était «un opium du peuple», «un sport malade de l’argent».

 

Un mot des fêtes de Bayonne, pour terminer. Je dois avouer que l’info m’a presque fait tomber de ma chaise, ce matin. D’après Sud-Ouest, le sacro-saint rendez-vous estival des «festaïres» sera payant à partir de cette année, une première. Un pass de trois jours devrait être vendu entre 5 et 8 euros, «pour assurer la sécurité et la pérennité de l’évènement», d’après la mairie de Bayonne. Pour le reste, pas de changements : une belle tenue blanche, de bonnes espadrilles, un foulard rouge et le sens de la fête…

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.