Accéder au contenu principal
DIPLOMATIE

Trump prudent face à Pyongyang qui menace d'annuler le sommet prévu en juin

Nicholas Kamm, archives AFP.
Nicholas Kamm, archives AFP. Donald Trump, le jeudi 29 mars 2018.
4 mn

Washington a indiqué, mercredi, avoir toujours "bon espoir" que le sommet prévu le mois prochain entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-un se tienne, malgré les menaces de Pyongyang de tout annuler.

Publicité

"Nous verrons" : Donald Trump a réagi, mercredi 16 mai, avec une grande prudence aux menaces de la Corée du Nord d'annuler son sommet à venir avec Kim Jong-un.

Après des mois de rapprochement et de détente diplomatique, Pyongyang a opéré un spectaculaire retour à sa rhétorique traditionnelle, évoquant la possibilité de remettre en cause le face-à-face historique prévu mi-juin à Singapour.

"Rien ne nous a été notifié, nous n'avons rien entendu (...)  Nous verrons ce qui va se passer", a lancé depuis le Bureau ovale Donald Trump qui, fait notable, s'est abstenu de tweeter sur ce dossier sensible au cours des dernières 24 heures.

Pyongyang, qui a annulé une rencontre de haut niveau avec la Corée du Sud pour protester contre des exercices militaires annuels en cours entre Séoul et Washington, a haussé le ton par la voix son ministre adjoint des Affaires étrangères, Kim Kye Gwan.

"Si les États-Unis tentent de nous mettre au pied du mur pour nous forcer à un renoncement nucléaire unilatéral, nous ne serions plus intéressés par un tel dialogue", a-t-il lancé.

Washington exige "la dénucléarisation complète"

Washington exige "la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord. Mais pour l'heure, celle-ci n'a pas rendu publiques les concessions qu'elle propose, hormis des engagements envers la dénucléarisation de la "péninsule coréenne", une formule sujette à interprétation.

Par le passé, Pyongyang a exigé le retrait des troupes américaines déployées au Sud pour protéger Séoul de son voisin, de même que la fin du parapluie nucléaire américain sur son allié.

Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, a assuré avoir toujours "bon espoir" que le tête-à-tête très attendu ait lieu.

Le Nord justifie de longue date ses armes nucléaires par la menace d'invasion américaine.

Le diplomate nord-coréen a par ailleurs balayé la proposition du secrétaire d'État américain Mike Pompeo – qui s'est rendu deux fois à Pyongyang – selon laquelle les États-Unis pourraient apporter une aide économique à la Corée du Nord, en échange de la dénucléarisation

"Tactique diplomatique"

Ces dernières semaines, outre un sommet rarissime avec le président sud-coréen Moon Jae-in dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule, Kim Jong-un a rencontré deux fois le président chinois Xi Jinping et annoncé qu'il détruirait la semaine prochaine son site d'essais nucléaires.

>> À voir : Et Kim Jong-un franchit la frontière entre les deux Corées

D'après les analystes, Pyongyang cherche à recadrer les termes du débat.

"C'est une tactique diplomatique", a déclaré à l'AFP Kim Hyun-wook, professeur à l'Académie diplomatique nationale de Corée. "C'est la politique du précipice pour changer la position américaine."

"On dirait que Kim Jong-un a été contraint d'accepter les exigences américaines de la dénucléarisation d'abord et qu'il tente maintenant de changer de position après avoir normalisé les relations avec la Chine", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.