Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La réforme des retraites, fer de lance de l'opposition

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Les câbles sous-marins, enjeux stratégiques de la communication

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Helle Thorning-Schmidt : "Les guerres modernes visent les enfants"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un peuple et son roi" : quand grande et petite histoire s'entremêlent

En savoir plus

FACE À FACE

Manuel Valls candidat à Barcelone : un pari osé ?

En savoir plus

L’invité du jour

Bassma Kodmani : "Assad, un jour, rendra compte pour ses crimes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis : la hausse des taux, un risque pour l'économie ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jair Bolsonaro : vers "un retour de la dictature au Brésil" ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant ?"

En savoir plus

Asie - pacifique

Trump prudent face à Pyongyang qui menace d'annuler le sommet prévu en juin

© Donald Trump, le jeudi 29 mars 2018. | Nicholas Kamm, archives AFP.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/05/2018

Washington a indiqué, mercredi, avoir toujours "bon espoir" que le sommet prévu le mois prochain entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-un se tienne, malgré les menaces de Pyongyang de tout annuler.

"Nous verrons" : Donald Trump a réagi, mercredi 16 mai, avec une grande prudence aux menaces de la Corée du Nord d'annuler son sommet à venir avec Kim Jong-un.

Après des mois de rapprochement et de détente diplomatique, Pyongyang a opéré un spectaculaire retour à sa rhétorique traditionnelle, évoquant la possibilité de remettre en cause le face-à-face historique prévu mi-juin à Singapour.

"Rien ne nous a été notifié, nous n'avons rien entendu (...)  Nous verrons ce qui va se passer", a lancé depuis le Bureau ovale Donald Trump qui, fait notable, s'est abstenu de tweeter sur ce dossier sensible au cours des dernières 24 heures.

Pyongyang, qui a annulé une rencontre de haut niveau avec la Corée du Sud pour protester contre des exercices militaires annuels en cours entre Séoul et Washington, a haussé le ton par la voix son ministre adjoint des Affaires étrangères, Kim Kye Gwan.

"Si les États-Unis tentent de nous mettre au pied du mur pour nous forcer à un renoncement nucléaire unilatéral, nous ne serions plus intéressés par un tel dialogue", a-t-il lancé.

Washington exige "la dénucléarisation complète"

Washington exige "la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord. Mais pour l'heure, celle-ci n'a pas rendu publiques les concessions qu'elle propose, hormis des engagements envers la dénucléarisation de la "péninsule coréenne", une formule sujette à interprétation.

Par le passé, Pyongyang a exigé le retrait des troupes américaines déployées au Sud pour protéger Séoul de son voisin, de même que la fin du parapluie nucléaire américain sur son allié.

Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, a assuré avoir toujours "bon espoir" que le tête-à-tête très attendu ait lieu.

Le Nord justifie de longue date ses armes nucléaires par la menace d'invasion américaine.

Le diplomate nord-coréen a par ailleurs balayé la proposition du secrétaire d'État américain Mike Pompeo – qui s'est rendu deux fois à Pyongyang – selon laquelle les États-Unis pourraient apporter une aide économique à la Corée du Nord, en échange de la dénucléarisation

"Tactique diplomatique"

Ces dernières semaines, outre un sommet rarissime avec le président sud-coréen Moon Jae-in dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule, Kim Jong-un a rencontré deux fois le président chinois Xi Jinping et annoncé qu'il détruirait la semaine prochaine son site d'essais nucléaires.

>> À voir : Et Kim Jong-un franchit la frontière entre les deux Corées

D'après les analystes, Pyongyang cherche à recadrer les termes du débat.

"C'est une tactique diplomatique", a déclaré à l'AFP Kim Hyun-wook, professeur à l'Académie diplomatique nationale de Corée. "C'est la politique du précipice pour changer la position américaine."

"On dirait que Kim Jong-un a été contraint d'accepter les exigences américaines de la dénucléarisation d'abord et qu'il tente maintenant de changer de position après avoir normalisé les relations avec la Chine", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Première publication : 16/05/2018

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord invite la presse au démantèlement prochain de son site d'essai atomique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un aura lieu le 12 juin à Singapour

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Pyongyang, Mike Pompeo prépare la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)