Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

De moins en moins de médicaments recyclés, mais c'est bon signe

© AFP/Archives | De moins en moins de médicaments non utilisés sont rapportés en pharmacies pour être recyclés, mais c'est bon signe, car cela signifie moins de prescriptions et de gâchis

PARIS (AFP) - 

De moins en moins de médicaments non utilisés sont rapportés en pharmacies pour être recyclés, mais c'est bon signe, car cela signifie moins de prescriptions et de gâchis, a affirmé jeudi Cyclamed.

En 2017, 11.083 tonnes ont été collectées en France, soit 6,7% de moins qu'en 2016, a indiqué l'association.

La tendance n'est pas nouvelle. Depuis que Cyclamed évalue la quantité de vieux médicaments qui traînent dans les armoires à pharmacie des Français ou ailleurs, soit depuis 2010, il constate "une diminution régulière".

Il y en a 614 grammes par ménage aujourd'hui, contre 672 en 2016, et 878 en 2010, d'après une enquête de l'institut CSA.

En extrapolant ce chiffre, Cyclamed estime que 63% des médicaments non utilisés sont rapportés en pharmacie, une proportion stable.

"Depuis plus de dix ans (...) la consommation pharmaceutique ne cesse de baisser", malgré l'accroissement et le vieillissement de la population, se félicite Cyclamed.

"Nous sommes passés de plus de 50 boîtes de médicaments par an et par habitant en 2005 à environ 42 boîtes en 2017", estime l'association.

Plusieurs causes à cela: des médecins qui prescrivent moins, des quantités mieux individualisées, des patients qui suivent plus rigoureusement leur traitement, des traitements qui se passent de médicaments, et même "le développement des médecines alternatives".

Les médicaments collectés par les pharmaciens finissent dans des incinérateurs, dont l'énergie alimente le chauffage ou l'industrie. Ceux qui sont jetés à la poubelle risquent de polluer l'environnement.

Cyclamed a par ailleurs relevé que les Français avaient plus en plus le bon réflexe de jeter à part l'emballage en carton et la notice en papier: ils déclarent être 41% à le faire, contre 29% en 2017.

© 2018 AFP